Replay du lundi 1 mars 2021

L'invité de 8h20 : le Mas des agriculteurs offre une tonne de riz de Camargue aux étudiants en difficulté

- Mis à jour le

Une tonne de riz de Camargue pour aider les étudiants boursiers en difficulté depuis le début de la pandémie : Patrick Viala, président du Mas des Agriculteurs, est l'invité de France Bleu Gard-Lozère.

Le rayon fruits et légumes au Mas des agriculteurs à Nîmes (Gard)
Le rayon fruits et légumes au Mas des agriculteurs à Nîmes (Gard) © Radio France - Romain Berchet

Sur les réseaux sociaux, les mêmes images se multiplient ces dernières semaines : de longues files d'attente d'étudiants en quête d'aide alimentaire, suite à une grande précarité. Pour aider les étudiants en difficulté, le Mas des Agriculteurs de Nîmes décide d'offrir une tonne de riz de Camargue aux étudiants boursiers du Crous

Patrick Viala, président du Mas des Agriculteurs, était l'invité de France Bleu Gard-Lozère ce lundi 1er mars. 

  • Pourquoi avoir choisi d'offrir du riz aux étudiants nîmois ?

"Nous existons depuis un an et demi, et nous devons cette réussite aux Nîmois. Avec cette crise Covid, nous sommes sensibles à la précarité des étudiants. Il nous a semblé normal de faire un juste retour de solidarité. "

  • C'est quand même un grand geste : une tonne de riz de notre territoire ! C'est un don assez coûteux, pourquoi ce choix ?

"La première chose, c'est d'offrir quelque chose de nos terroirs. Là c'est emblématique de notre territoire : c'est du riz. La deuxième chose, c'est que nous avons travaillé en étroite collaboration avec le Crous. Il fallait que ce soit un produit facilement stockable, et facile à cuisiner pour nos étudiants qui ne sont pas très équipés en cuisine dans leurs chambres étudiantes. Le riz reste un produit facile à cuisiner. "

  • Combien de personnes pourrez-vous aider avec ce don ?

"Nous donnerons 2.000 portions, c'est donc minimum 500 étudiants. Trois livraisons sont prévues, une ce lundi matin, une dans quinze jours. Quand nous avancerons vers les beaux jours, il est possible que nous offrions des fruits et légumes frais en plus des produits de première nécessité."

Interview en réécoute ci-dessous : 

8h20 - Patrick Viala

Mots clés: