Replay du mardi 2 mars 2021

L'invité de 8h20 : dépister plus facilement le cancer colorectal grâce aux pharmacies !

- Mis à jour le

À l'occasion du "mois bleu" de prévention du cancer colorectal, le secrétaire général de la ligue contre le cancer dans le Gard, le Docteur André Mathieu, était notre invité de 8h20 sur France Bleu Gard-Lozère.

Test de dépistage du cancer coloréctal
Test de dépistage du cancer coloréctal © Radio France - Claude Prigent/PHOTOPQR/LE TELEGRAMME

En ce "mois bleu", France Bleu Gard-Lozère met le doigt sur un sujet de santé important : le dépistage du cancer colorectal. Deuxième cancer le plus répandu chez la femme, troisième chez l'homme, c'est l'un des cancers les plus mortels en France, avec 43.000 victimes par an. Paradoxalement, c'est aussi l'un des cancers les plus simple à soigner, avec 90% de réussite.

Le Docteur André Mathieu, secrétaire général de la ligue contre le cancer dans le Gard, était notre invité de 8h20 ce mardi.

  • Chaque année, vous sensibilisez au dépistage du cancer colorectal. Cette année, vous mobilisez les pharmaciens ?

"Absolument. Nous avons pensé que l'interface la plus importante avec les patients et le grand public, ce sont eux. Les pharmaciens sont à l'écoute, les personnes leur posent des questions et leur dont confiance pour leurs médicaments. Il est donc très important d'arriver à faire rentrer dans cette filière d'information et de prévention tous les pharmaciens motivés."

  • Le sujet reste encore trop tabou, d'où l'intérêt de se faire dépister près de chez soi ?

"C'est très important car c'est un cancer parmi les plus fréquents dont on sous-estime sa mortalité. Dépisté en phase précoce, le cancer est guéri entre 90 et 100%. Quand on laisse passer le moment du diagnostic, la gravité devient très importante avec une gravité de l'ordre de 50%. C'est quand même quelque chose qui n'est pas négligeable. Le progrès viendra du dépistage."

  • Les personnes de 50 ans et plus peut-ils facilement faire le test ? 

"Le kit diagnostique, simple à faire à domicile et à envoyer par courrier dans un laboratoire qui répond directement. C'est important, et les médecins généralistes sont sensibilisés, mais n'ont pas toujours le temps de faire le diagnostic. C'est pour cela que le fait de sensibiliser la population et développer l'information est très important."

Mots clés: