Replay du vendredi 26 mars 2021

Denier de l'Eglise : les fidèles plus généreux l'an dernier selon le vicaire général du diocèse de Mende

- Mis à jour le

La campagne du denier de l'Eglise débute ce dimanche dans les diocèses. Les dons récoltés permettent d'assurer le traitement des prêtres, la rémunération des salariés laïcs et de financer la formation des séminaristes.François Durand, le vicaire général du diocèse de Mende était l'invité du 8h20.

La cathédrale de Mende
La cathédrale de Mende © Radio France - SAID MAKHLOUFI

Le denier de l'Eglise ou denier du culte, c'est ce qui sert à faire fonctionner l'Eglise. La campagne 2021 démarre ce dimanche dans tous les diocèses. Malgré la crise sanitaire, le vicaire général de Mende constate que les fidèles ont davantage donné en 2020. "On était assez inquiets en fin d'année, car les cérémonies religieuses ont été moins nombreuses en raison du confinement. En octobre, la perte était estimée à 250.000 euros mais la générosité s'est quand même manifestée en fin d'année. On a pu un petit peu compenser. La perte finale est de 160.000 euros. Il y a eu une _hausse de 9% en Lozère par rapport à 2019_.

"On estime qu'en Lozère, la moitié des catholiques pratiquants donnent au denier de l'Eglise." 

Grâce à cette collecte, le diocèse de Mende arrive à financer un peu plus de la moitié des frais de personnes, c'est à dire le traitement des prêtres, les charges sociales, les salaires. "Il nous faut trouver d'autres moyens de financement. C'est surtout les quêtes et les offrandes que les personnes donnent lors des baptêmes, des mariages ou des funérailles. On a aussi parfois des personnes qui nous font des legs et on revend les biens qu'elles nous ont légués pour équilibrer nos budgets annuels de fonctionnement.

"La bénédiction des rameaux aura lieu à l'intérieur des églises et pas sur les parvis" 

En raison des contraintes sanitaires dues à l'épidémie de coronavirus,  le vicaire général de Mende annonce que la traditionnelle bénédiction des rameaux prévue ce dimanche aura lieu à l'intérieur des églises et pas sur les parvis. "Il n'y aura pas de procession non plus. Ce qui nous gène le plus, c'est qu'on ne pourra pas non plus célébrer la nuit de Pâques puisqu'il y a le couvre-feu à partir de 19h.