Replay du lundi 29 mars 2021

" Il y a une précarité d'identité avec la crise du Covid " Julie Huou directrice d'AMI

- Mis à jour le

Julie Huou, fondatrice et directrice de AMI, l'Association pour les Migrants de Nîmes était l'invité du 8h20 ce lundi 29 mars sur France Bleu Gard Lozère pour dénoncer les lenteurs administratives que rencontrent les étrangers dans le Gard.

Les membres de l'association AMI ( Julie Huou tout à droite)
Les membres de l'association AMI ( Julie Huou tout à droite) © Radio France - Lise Roos-Weil

A l'occasion des 1 an du Covid et de l'arrivée de la nouvelle préfète du Gard, l'AMI (Association pour les Migrants de Nîmes) alerte sur les difficultés rencontrées par les étrangers pour obtenir un premier titre de séjour ou un renouvellement. Julie Huou, fondatrice et directrice de AMI, l'Association pour les Migrants de Nîmes était l'invité du 8h20 ce lundi. 

" Ces retards peuvent aller jusqu'à faire perdre un emploi ou des droits sociaux à certaines personnes" 

A cause de la crise sanitaire, la préfecture a été fermée pendant le 1er confinement puis depuis les démarches sont au ralenties. La dématérialisation de nombreuses démarches et la réduction des accueils en préfecture compliquent les choses pour les étrangers. L’association AMI dénonce une "précarité d’identité" et demande un rendez-vous avec la nouvelle préfète du Gard. 

L'association AMI existe depuis 3 ans. Plus de 700 personnes viennent chaque année pour être aidées dans leurs démarches.

Mots clés: