Replay du mercredi 23 juin 2021

" Nous aurons deux surveillants de moins à la rentrée et ça n'est pas envisageable ! " Sabrina Bettahar

- Mis à jour le

Sabrina Bettahar, conseillère principale d'éducation au collège Condorcet à Nîmes dans le quartier Pissevin était l'invité du 8h20 ce mercredi 23 juin.

Collège Condorcet. Quartier Pissevin. Nîmes. REP+. Cité éducative
Collège Condorcet. Quartier Pissevin. Nîmes. REP+. Cité éducative © Radio France - Sylvie Duchesne

Le collège Condorcet à Nîmes dans le quartier Pissevin va perdre deux surveillants à la rentrée prochaine (sur 11 actuellement). Le personnel alerte ainsi sur ces suppressions de postes alors qu'en neuf an il y a au dix ouvertures de classes. au sein du collège qui compte désormais 648 élèves. 

Avec deux surveillants en moins, on ne pourra pas à la fois travailler et assurer la sécurité de tous

"Ca n'est carrément pas possible. C'est un mépris de l'institution et à notre encontre" estime Sabrina Bettahar, conseillère principale d'éducation au collège Condorcet à Nîmes dans quartier Pissevin qui était l'invité du 8h20 ce mercredi : "Les surveillants ont aujourd'hui presque un rôle d'éducateur spécialisé pour nous aider à régler les problèmes. Ils font l'interface entre les élèves et les enseignants. Il n'est pas concevable que l'Etat fasse des économies sur le dos des enfants défavorisés.  Les élèves que nous accueillons sont tous issus d'un milieu populaire avec des besoins éducatifs spécifiques. Le quartier de Pissevin est le plus défavorisé de Nîmes et ne cesse de se dégrader. Il y a zéro mixité sociale"

Mots clés: