L'invité de France Bleu Azur matin

Du lundi au vendredi, à 7h50

Le patron d'Anticor Jean-Christophe Picard
Le patron d'Anticor Jean-Christophe Picard © Maxppp - IP3 PRESS/MAXPPP

"La Colère et le Courage" : Le patron d'Anticor pointe du doigt la corruption qui coûte 200 milliard d'euros

Diffusion du mercredi 15 janvier 2020 Durée : 7min

Le patron d'Anticor, Jean-Christophe Picard, publie un livre ce mercredi matin. "La Colère et le Courage" évoque le poids colossal de la corruption et de la fraude en France. Elle coûte chaque année à notre pays 200 milliards d'euros.

Des petits arrangements ou de la corruption, il est question dans le livre "La Colère et le Courage" du niçois Jean-Christophe Picard, monsieur anti-corruption patron d'Anticor France. Il évoque les petits arrangements politiques hors la loi. Des arrangements qui coûtent plus de 200 milliards d'euros aux français.

"C'est un coût énorme, on est chacun victime de la corruption, car cette somme ce sont des impôts en plus, des taxes en plus, des prestations sociales et services publics en moins" Jean-Christophe Picard

Dans ce livre playdoyer de plus de 240 pages, le niçois pointe du doigt la corruption qui passe à la fois "par les grosses sommes de main à main" faisant référence notamment à l’affaire des casinos qui avait abouti à la condamnation de Michel Mouillot a six ans de prison ferme. Mais il évoque aussi le clientélisme, la prise illégale d’intérêt, plus discrète mais tout aussi coûteuse. 

"Dans les Alpes-Maritimes, on constate une concentration du pouvoir entre très peu de mains, évidemment ça empêche les autres de trop broncher, et cette concentration limite les capacités de contrôles et de transparence"

Mais pourquoi "Colère et Courage" ? 

Le titre du livre de Jean-Christophe Picard fait référence à une citation de saint Augustin: "L’espérance a deux magnifiques enfants : la colère et le courage." Et du courage il en faudra pour mettre fin à ces corruptions. Les électeurs doivent arrêter de voter pour des hommes politiques corrompus. Quand on sait que, comme le précise Jean-Christophe Picard, 44% des habitants de Levallois-Perret s’apprêtaient à voter pour Patrick Balkany alors meme qu'il venait d’être emprisonné.

Mots clés