Replay du lundi 25 janvier 2021

Animaux : "Il faut mettre fin à terme à ces parcs" Loic Dombreval député LREM confirme la fin de Marineland

- Mis à jour le

Le député Loic Dombreval confirme à France Bleu Azur la fermeture du delphinarium de Marineland.

Une vingtaine de militants contre la captivité des animaux se sont réunis devant Marineland ce samedi.
Une vingtaine de militants contre la captivité des animaux se sont réunis devant Marineland ce samedi. © Radio France - Caroline Pomès

A partir de ce mardi, l'Assemblée Nationale examine une proposition de loi sur les animaux de compagnies et les animaux sauvages sur la maltraitance et les conditions de captivité d'un animal. Cela concerne nos chiens et chats mais aussi les parcs marins ou les cirques. Le texte prévoit ainsi de punir plus sévèrement ceux qui maltraitent un animal. 

"Aujourd'hui tuer un animal c'est une contravention, casser un lampadaire est plus puni. On va augmenter les peines 75.000 euros et trois ans de prison si ces actes de cruauté ont entraîné la mort de l'animal" 

La proposition de loi portée par le député azuréen de la majorité, Loic Dombreval prévoit aussi la fin des delphinariums. Marineland Antibes devra donc disparaître dans sa version actuelle annonce le député. 

"Je n'ai rien contre le parc, j'y ai même amené mes enfants. Mais aujourd'hui détenir en captivité un animal ce n'est plus possible, l'animal sauvage les gens veulent le voir en liberté. D'ailleurs la fréquentation du parc baisse"

Le député rappelle qu'un orque qui "plonge parfois à plusieurs dizaines de mètres par jour, parcourt des centaines de km, il ne peut pas être dans une baignoire, notre époque à changé" Le projet de loi promet de laisser le temps aux parcs pour une transition, deux ans pour mettre un terme à la captivité des orques. Il reste quatre orques en captivité en France.