L'invité de France Bleu Azur matin

Du lundi au vendredi, à 7h50

Un prêtre célébrant une cérémonie
Un prêtre célébrant une cérémonie © Radio France - Aurélie Lagain

Une victime du prêtre niçois Jean-Marc Schoepff témoigne

Diffusion du mardi 14 janvier 2020 Durée : 6min

Alors que s'ouvre procès Preynat de pédophilie au sein de l'Eglise, une victime niçoise d'un autre dossier, celui du père Schoepff, témoigne sur France Bleu Azur et attend que la justice passe.

Le procès du prêtre Preynat, accusé d'agressions sexuelles sur de jeunes scouts de la région lyonnaise doit débuter ce mardi matin. Dans cette affaire, l'archevêque de Lyon Philippe Barbarin a été condamné à six mois de prison avec sursis pour non-dénonciation d'agressions sexuelles. Un procès suivi de près par les plaignants du dossier niçois du Père Schoepff, ancien aumônier et curé de la paroisse du port à Nice. Sébastien Liautaud, est l'un des onze plaignants de cette affaire. 

"L'hyper-médiatisation du procès Preynat va avoir des conséquences sur les autres procès". Sébastien Liautaud

Mais toutes les plaintes ne permettent pas d'aller jusqu'au procès. La justice a écarté huit victimes du dossier niçois pour cause de faits prescrits. (une des victimes a plus de 50 ans aujourd'hui)  mais leur avocat a saisi la cour de cassation pour faire valoir "l'amnésie traumatique". Sébastien Liautaud aimerait que soit reconnue cette amnésie. "C'est un phénomène psychique qui fait que le cerveau met de coté, ce traumatisme reste ancré en nous mais c'est juste rangé de coté, ça dort dans une partie du cerveau, et par des événements divers et variés cela ressort 30/40 ans après [..] il faut prendre en compte cette amnésie traumatique" explique Sébastien Liautaud. 

Sébastien Liautaud a déposé plainte. Depuis, ce paroissien d'Antibes est la cible de pressions du fait de l'influence qu'a encore Jean-Marc Schoepff sur Nice et ses alentours. 

"Pas plus tard qu'à la messe de dimanche, j'ai encore été interpellé par une paroissienne qui m'a demandé de retirer ma plainte. Elle m'a dit de faire confiance à la justice divine et pas celle des hommes" 

Un numéro pour les victimes d'abus sexuels dans l'église,  le numéro de téléphone de la commission d'enquête indépendante le 01 80 52 33 55 et une adresse mail : victimes@ciase.fr

Mots clés