Toutes les émissions

L'invité de France Bleu Berry

Du lundi au vendredi à 7h46

Anne Bouygard est revenue sur la situation financière de l'hôpital de Vierzon
Anne Bouygard est revenue sur la situation financière de l'hôpital de Vierzon © Radio France - Anne Oger

Anne Bouygard, directrice de l'Agence Régionale de Santé

Diffusion du vendredi 26 octobre 2018 Durée : 7min

Anne Bouygard revient sur les deux dossiers chauds du moment en Berry : la fermeture de la maternité du Blanc, et la situation financière préoccupante de l'hôpital vierzonnais.

Depuis une semaines, les membres du collectif "c'est pas demain la veille" occupent la maternité du Blanc et demandent notamment à rencontrer Anne Bouygard, la directrice de l'agence régionale de santé. Est-ce qu'elle compte venir ? "Je viendrai bien sûr au Blanc mais il faut d'abord que l'occupation de l'hôpital prenne fin, nous avons eu des contacts avec ce collectif et mon directeur adjoint a apporté des réponses à leurs questions. Je m'engage à rencontrer les élus et nous pouvons effectivement rencontrer d'éventuelles associations qui me solliciteraient." Les occupants réclament aussi un nouvel audit sur les pratiques à la maternité du Blanc. Un audit "indépendant" précisent-ils, ce que la directrice de l'ARS balaye d'un revers de main. "La mission d'expertise a eu lieu, je l'ai voulue indépendante, les quatre experts médicaux qui sont venus n'avaient aucun lien d'intérêt ni avec l'ARS ni avec les établissements du territoire. Leurs compétences étaient absolument incontestables. La mission a eu lieu, on ne va pas en refaire une autre."

On souhaite vraiment que cette situation d'occupation cesse, un hôpital c'est un lieu de soin

Anne Bouygard est également revenue sur la situation financière critique de l'hôpital de Vierzon, avec un déficit sans doute de 3,6 millions d'euros cette année et une dette de 20 millions d'euros. Selon elle, cette situation pourrait justifier une procédure de mise sous administration provisoire de l'hôpital, en clair une mise sous tutelle. "La question se pose parce que la situation est vraiment compliquée, par seulement sur le plan financier mais aussi sur le fonctionnement global de l'établissement, traversé de conflits, avec un problème de gouvernance."