Toutes les émissions

L'invité de France Bleu Berry

Du lundi au vendredi à 7h46

Christophe Vandaele milite pour le retour du fret entre Buzançais et Loches
Christophe Vandaele milite pour le retour du fret entre Buzançais et Loches © Maxppp - Image d'illustration / train de fret © Maxppp

Christophe Vandaele, maire de Vendoeuvres, militant de la réouverture de la voie ferrée Buzançais - Loches

Diffusion du mercredi 25 avril 2018 Durée : 6min

Christophe Vandaele, maire de Vendoeuvres, milite depuis des années pour la réouverture de la voie ferrée Buzançais - Loches. Il vient d'ailleurs avec son association d'entretenir les 40 kilomètres de voies pour qu'elles restent en bon état en espérant convaincre la SNCF.

Christophe Vandaele est président de l'association transport Fer Val-de-L'indre. Cette association a célébré, la semaine dernière la fin d'un chantier de nettoyage et de remise en état des 40 kilomètres de voie qui a nécessité deux ans et demi de démarches, près de 6 mois de travail effectif et coûté 15 mille euros aux communes du secteur membres de l'association. L'idée était de maintenir en état cette voie pour ensuite convaincre la SNCF ou un autre opérateur de relancer le fret sur cette ligne. "Le fret est pour nous une évidence. Nous faisons déjà circuler des trains de fret entre Buzançais et Châteauroux. Aujourd'hui ce tronçon suspendu fait que 130 et 150 mille tonnes de marchandise repassent par Châteauroux, font des détours, au lieu de faire environ 200 kilomètres à vol d'oiseau pour aller à l'ouest comme c'est souvent le cas." Ce tronçon a été abandonné en 2011 au motif qu'il n'y avait pas assez de tonnage pour la SNCF. 

"C'est aussi une façon de sécuriser la départementale 943"

Autre argument de Christophe Vandaele : "La départementale 943 est particulièrement accidentogène. Cela pourrait permettre de la désengorger. Un train de fret, c'est 80 poids lourds, c'est considérable." D'autant que selon lui cela n'enlèverait pas de travail aux entreprises de transport qui devraient toujours assurer les liaisons entre les gares. Il espère désormais convaincre la SNCF, ou peut-être une société privée à l'avenir avec l'ouverture à la concurrence.