Toutes les émissions

L'invité de France Bleu Berry

Du lundi au vendredi à 7h46

François Cormier-Bouligeon a jugé le président "pugnace"
François Cormier-Bouligeon a jugé le président "pugnace" © Radio France - Michel Benoit

Le député du Cher François Cormier Bouligeon revient sur l'intervention d'Emmanuel Macron

Une intervention de 2h40 des échanges musclés,et une fermeté sur tous les dossiers : Emmanuel Macron a défendu son action hier soir face à la grogne ambiante. Le député La République en Marche François Cormier-Bouligeon du Cher a débriefé ses paroles ce matin avec nous.

Le grève des cheminots, les blocages dans les universités, la gronde des retraités ou celle dans les hôpitaux : tous les sujets brûlants du moment y sont passés hier soir lors de l'interview d'Emmanuel Macron sur BFM. Plus de 2h40 d'interview pour défendre l'action du gouvernement. François Cormier-Bouligeon, député La République en Marche du Cher a suivi son intervention avec attention. il a trouvé le président "pugnace", face à des journalistes parfois très accrocheurs. Au sujet de la SNCF, il estime que le président tient la bonne ligne. Il a assuré qu'il ira jusqu'au bout, et que l'Etat va reprendre progressivement la dette de la société. "Est-ce qu'il faut de l'immobilisme ? Ou est-ce qu'on doit prendre nos responsabilités ? Il faut faire de la SNCF une société qui reste publique mais devienne plus performante."

Les inquiétudes pré existent à l'élection d'Emmanuel Macron

Quant à la grogne dans les universités, elle existait déjà en septembre dernier lorsque des tirages au sort ont dû être mis en place. Il fallait selon lui faire quelque chose plutôt que rester dans l'immobilisme.

Quant à l'absence de consultations des parlementaires au sujet des frappes aériennes effectuées par la France , les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, il rappelle que la loi est du côté d'Emmanuel Macron. "La constitution dit que le gouvernement a trois jours pour informer le gouvernement. Je me rends à Paris aujourd'hui pour assister à l'information à l'assemblée."