Toutes les émissions

L'invité de France Bleu Berry

Du lundi au vendredi à 7h46

Jean-Baptiste Moreau nous explique comment fait-on pour couvrir tout un département seul
Jean-Baptiste Moreau nous explique comment fait-on pour couvrir tout un département seul © Radio France - France Bleu Creuse

Le député de la Creuse, Jean-Baptiste Moreau nous parle de la réduction du nombre de parlementaires

Diffusion du jeudi 10 mai 2018 Durée : 5min

Réduire de 30% le nombre de parlementaires, c'est l'un des volets de la réforme constitutionnelle voulue par Emmanuel Macron. Concrètement le Cher pourrait ne compter plus que deux députés dans le Cher et un seul dans l'Indre. Le seul député de la Creuse nous dit comment il fait au quotidien.

C'est l'un des gros chantiers que le président Macron compte boucler en 2019 : la réforme constitutionnelle qui vise à  moderniser la vie politique. Le premier volet de cette réforme a été présenté hier en conseil des ministres. Il prévoit notamment la suppression de la cour de justice de la république, mais d'autres points font nettement moins consensus. La réduction de 30 % du nombre de parlementaires notamment dont le projet de loi sera présenté le 23 mai.  Le Berry risque de perdre deux députés et un sénateur. Conséquence dans l'Indre : il n'y aurait plus qu'un seul député pour tout le département. Une situation que connaissent bien nos voisins creusois, nous avons donc demandé à Jean-Baptiste Moreau, unique député du parlementaire, comment il procède, lui qui met deux heures à parcourir son département du Nord au Sud.

"C'est très compliqué, vous avez parfois deux ou trois événements en même temps."

"J'ai une équipe sur le terrain qui fait pas mal de travail, notamment un suppléant qui me représente quand je suis à Paris" explique Jean-Baptiste Moreau. Il s'est aussi organisé en proposant des visites par canton plutôt que par commune. "Il y en a 258, je ne peux pas aller partout". Pour lui, ce n'est pas impossible en soi si les députés ont les moyens avec des assistants notamment. Pour lui les députés doivent faire plus de qualitatif que de quantitatif, plutôt que "multiplier les coupages de ruban". Il reconnait toutefois qu'il faut être vigilant pour que la ruralité ne soit pas trop peu représentée face aux grandes agglomérations à l'assemblée.