Toutes les émissions

L'invité de France Bleu Berry

Du lundi au vendredi à 7h43

Michel Autissier (LR) président du département du Cher
Michel Autissier (LR) président du département du Cher © Radio France - Michel Benoit

Michel Autissier, président du conseil départemental du Cher, donne son point de vue sur les 80 km/h

Diffusion du mardi 29 janvier 2019 Durée : 5min

Michel Autissier continue à défendre un aménagement de la mesure entrée en vigueur le 1er juillet dernier.

Le bilan 2018 de la sécurité routière dans le Cher n'est pas bon : avec trente décès enregistrés, cela correspond à une augmentation de 20% sur un an. Pour autant, Michel Autissier, président du conseil départemental, refuse d'en tirer des leçons : "il s'agit de petits chiffres d'un point de vue statistique. D'une année sur l'autre, on a des variables qui ne sont pas forcément révélatrices. Dans les accidents que je connais, il y a eu des circonstances particulières, il faudrait un recul plus important pour tirer des conclusions". 

Concernant la D2076, axe le plus accidentogène du territoire puisqu'il concentre à lui seul le tiers des victimes décédées en 2018, Michel Autissier constate : "On a déjà fait pas mal d'aménagements, c'est une route qui a toujours été très dangereuse, c'est lié au trafic des camions". Il affirme aussi que la multiplication des radars ne saurait résoudre tous les problèmes. 

Michel Autissier, qui avait qualifié la réduction de vitesse maximale à 80km/h sur les routes secondaires d'aberration, y est toujours aussi fermement opposé. Sur France Bleu, il affirme qu'on a créé "une psychose autour de l'automobile. C'est grave d'avoir 2.500 morts par an au volant, mais on parle moins des 70.000 morts dues au tabac. Il ne faut pas faire des automobilistes, surtout en milieu rural, des otages de ce type de mesures". Le président du conseil départemental du Cher plaident pour un aménagement, en fonction des axes : "on a des routes qui imposent une limitation à 80 et des axes qui permettent de rouler plus vite".