Toutes les émissions

L'invité de France Bleu Berry

Du lundi au vendredi à 7h43

Vanick Berbérian est plutôt satisfait du "plan mercredi" présenté par le ministre de l'éducation
Vanick Berbérian est plutôt satisfait du "plan mercredi" présenté par le ministre de l'éducation © Radio France - Kévin Blondelle

Vanik Berbérian, maire de Gargilesse, président de l'association des maires ruraux de France

Diffusion du mercredi 27 juin 2018 Durée : 6min

Vanick Berbérian se félicite du "plan Mercredi" de Jean-Michel Blanquer. Le bureau de l'association des maires ruraux de France qu'il préside estime que c'est une bonne façon d'accompagner les communes pour la rentrée prochaine.

Le maire de Gargilesse-Dampierre Vanick Berbérian est un maire souvent en colère contre le gouvernement en ce moment mais il est plutôt content cette fois au sujet de l'éducation. Le « plan Mercredi » de Jean-Michel Blanquer a convaincu le bureau de l'association qui s'en félicite dans un communiqué. Il s'agit de mieux accompagner les communes qui abandonneront l'école le mercredi dès la rentrée prochaine, en finançant notamment des activités périscolaires. "Ce qui est intéressant c'est qu'on ne saucissonne pas les temps des enfants, on pense à la semaine dans son ensemble. Il y a les cours, mais aussi les activités qui permettront leur développement. On a un ministre de l'éducation qui est attentif, qui est à l'écoute."

Au sujet de la limitation à 80km/h : "c'est une connerie"

Sujet incontournable du moment : la vitesse réduite à 80km/h dès lundi 1er juillet sur toutes les routes départementales sans terre-plein central. Pour Vanick Berbérian, c'est une mauvaise idée, une "connerie" selon ses mots. "Ce que j'y vois c'est un mode de gouvernance. Plutôt que laisser au niveau départemental une commission constituée des gendarmes, des élus, du préfet,  et leur laisser la possibilité de définir la vitesse en fonction des caractéristiques de chaque route, eh bien on décide de Paris. C'est à dire que le nouveau monde qu'on nous propose n'est pas très différent de l'ancien. On décide les choses à la capitale."