Replay du mercredi 27 mai 2020

Yann Augras, délégué CGT de l'usine LSI ne croit pas au "boom" des véhicules "propres."

Le délégué CGT de l'usine LSI de La Souterraine ne croit pas que le plan de relance du gouvernement puisse sauver toute la filière automobile. Il affirme que la demande en véhicules électriques ou hybrides reste encore bien faible.

Yann Augras, délégué CGT de l'usine LSI de La Souterraine
Yann Augras, délégué CGT de l'usine LSI de La Souterraine © Radio France - Sophie Peretti

Va t'on tous rouler demain avec une voiture électrique ou une voiture hybride ? 

Le gouvernement mise sur la vente de véhicules nouvelle génération pour relancer le secteur de l'automobile:  5 mille euros de prime à la conversion, 7 mille euros de bonus écologique. On peut cumuler jusqu'à 12 mille euros de prime si on lâche notre vieux diesel. Selon le gouvernement ces offres s'adressent à 3 français sur 4.

Yann Augras, délégué CGT du sous-traitant automobile LSI à La Souterrain ne croit pas aux miracles, et doute que ce plan de relance sauve toute la filière. Il s'explique au micro de France Bleu Creuse. 

Mots clés: