Replay du vendredi 28 avril 2017

Tiffany Bonnet, médecin, présidente en région Centre du syndicat indépendant des jeunes généralistes

- Mis à jour le

Son interview en direct à retrouver ici en intégralité

L'invité de France Bleu matin
L'invité de France Bleu matin © Radio France

Comme partout en France, l'indre-et-Loire manque de médecins. Si l'on est les mieux lotis de la région Centre, la pyramide des âges des médecins est défavorable.

"On devrait atteindre le creux de la vague d'ici 2025. Rien qu'en 2016, à Tours, 9 généralistes sont partis à la retraite."

En Indre-et-Loire, 53 médecins sont partis à la retraite en 2016. Compensés par 35 installations seulement. Cela fait un déficit de 18 médecins"

"Le problème c'est qu'il n'y a pas de solutions miracles. C'est un ensemble de solutions. Augmenter le numerus clausus oui, à condition d'avoir les moyens de former convenablement tous les étudiants en médecine. Développer les maisons de santé, aussi, mais ça demande une vraie coordination entre les professions de santé qui se regroupent sous un même toit. Et puis pourquoi pas salarier les médecins. Dans des centres de santé mutualistes ou publics. Des docteurs fonctionnaires payés par la mairie, cela permet de les décharger de toutes les tâches administratives. Mais ça coûte très cher aux communes".

Mots clés: