L'invité de France Bleu Orléans

Du lundi au vendredi à 7h47

Agathe Fournigault, membre de la commission femmes au syndicat Solidaires
Agathe Fournigault, membre de la commission femmes au syndicat Solidaires © Radio France - Anne Oger

Agathe Fournigault, membre de la commission des femmes au syndicat Solidaires

Diffusion du jeudi 28 novembre 2019 Durée : 6min

Retour sur les annonces du gouvernement, à l'issue du Grenelle des violences conjugales, le lundi 25 novembre dernier. Pour les associations qui militent contre ces violences, et qui ont participé au Grenelle, les moyens annoncés ne sont pas à la hauteur de l'enjeu.

Lundi soir à Orléans, environ 600 personnes se sont rassemblées pour dénoncer ces violences : "il s'est vraiment passé quelque chose, il y a eu une prise de conscience, mais maintenant il faut assurer derrière, et pour ça il faut de l'argent, car le phénomène s'accélère. Aujourd'hui c'est une femme qui meurt sous les coups de son compagnon, tous les deux jours"

Concernant les appartements d'hébergement d'urgence, ouverts il y a 18 mois à Orléans, et qui sont toujours pleins, Agathe Fournigault estime, comme l'adjointe au maire d'Orléans en charge de ce dossier, Alexandrine Leclerc, qu'il en faut plus, et notamment en milieu rural. 

"Mais les petites communes ou intercommunalités n'ont pas les moyens d'ouvrir ce genre d'hébergement, on en revient à la question de l'argent nécessaire, même chose pour la formation des policiers et des gendarmes, puisque les plaintes risquent d'augmenter. IL faut qu'on puisse accompagner ces femmes, donc il faut des moyens"