L'invité de France Bleu Orléans

Du lundi au vendredi à 7h47

Claude de Ganay, député LR du Loiret
Claude de Ganay, député LR du Loiret - Antoine Denéchère

Claude de Ganay, député LR du Loiret, ancien maire de Dampierre-en-Burly

Diffusion du vendredi 24 janvier 2020 Durée : 5min

EDF a transmis une liste de 14 réacteurs nucléaires qui fermeront d'ici 2035. Il y en a deux à la centrale de Dampierre-en-Burly dans le Loiret. Ces fermetures entrent dans le cadre de la programmation pluri-annuelle de l'énergie (PPE) du gouvernement qui vise à baisser à 50 % la part du nucléaire.

La fermeture de deux réacteurs de la centrale de Dampierre-en-Burly (Loiret) figure dans la liste récemment envoyée par EDF au gouvernement. Cette liste comprend 14 réacteurs voués à fermer d’içi 2035, elle a été transmise dans le cadre de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) 2019-2028 qui entend faire tomber la part de la production du nucléaire en France à 50% à l’horizon 2035, contre plus de 70% actuellement

Outre le site de Dampierre, ceux de Blayais, Bugey, Chinon, Cruas, Gravelines, Tricastin sont concernés. Et il faut rajouter les deux réacteurs de la centrale de Fessenheim (Alsace), qui doivent s'arrêter en 2020. 

Il s'agit des réacteurs de 900 Méga Watt, ce sont les plus anciens qui sont concernés. La centrale nucléaire loirétaine a été mise en service en 1980, elle compte quatre réacteurs, seuls deux seraient mis à l'arrêt, à Dampierre-en-Burly où travaillent un peu plus de 1300 salariés EDF et environ 670 salariés d'entreprises extérieures. 

Pour le syndicat CFDT sur place, cette liste n'est pas une surprise, et si la fermeture des deux réacteurs va entrainer une baisse des effectifs, il n'y a pas d'inquiétude à avoir. 

Pour les militants anti-nucléaire, la décision de fermer 14 réacteurs d'ici quinze ans, reste "insuffisante". 

De son coté le député Les Républicains (LR) du giennois et ancien maire de Dampierre-en-Burly, Claude de Ganay  dénonce une "décision motivée par des objectifs électoraux de La République en Marche (LREM) qui a besoin de ses alliés écologistes'' dit-il en vue des élections municipales de mars prochain.