Replay du mardi 22 juin 2021

Réouverture des discothèques : "c'est un très grand soulagement", pour le patron du 7 à Chaingy

- Mis à jour le

Le "très grand soulagement", du patron du 7, à Chaingy, après l'annonce de la réouverture des discothèques au 9 juillet. Franck Lemaire était l'invité de France Bleu Orléans ce mardi matin.

Franck Lemaire, patron du 7 à Chaingy, était l'invité de France Bleu Orléans, alors que les boites de nuit rouvrent le 9 juillet.
Franck Lemaire, patron du 7 à Chaingy, était l'invité de France Bleu Orléans, alors que les boites de nuit rouvrent le 9 juillet. © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Alors que les boites de nuit viennent d'apprendre qu'elles pourront rouvrir à partir du 9 juillet, avec un protocole sanitaire strict, c'est "un très grand soulagement", confie ce mardi matin Franck Lemaire, le patron du 7 à Chaingy. Il était l'invité de France Bleu Orléans pour revenir sur 15 mois de fermeture. 

Vous allez donc pouvoir reprendre du service à partir du 9 juillet. On l'entend rien qu'à votre voix et on l'imagine bien ce matin, votre soulagement.

Alors, c'est un très grand soulagement aujourd'hui, après un an et demi de fermeture. C'est vrai que la nouvelle est plutôt bonne, je dirais à  80%, bon, il y a encore 20%  à améliorer, mais dans l'ensemble de la profession, on est vraiment satisfaits. 

Cela ne va pas être la bamboche, il y aura une jauge de 75% à l'intérieur, un pass sanitaire obligatoire à l'entrée. C'est facile à organiser, vous pouvez le faire ?

Ce sera un peu plus compliqué que prévu. C'est vrai que beaucoup de clients m'envoyaient des textos depuis une semaine "bientôt l'ouverture". Je dis oui, cela ne sera pas une ouverture habituelle. 75% de la jauge, cela m'arrange vraiment parce que c'est travaillable, ça va faire 230-240 personnes dans la discothèque.

Et le pass sanitaire alors, vous savez comment ça va se passer, comment vous contrôlez ?

Ca va se passer avec un agent de sécurité qui sera là pour ça, pour vérifier avec l'application Anti-Covid ou le certificat de validité du pass sanitaire, qui sera contrôlé à l'entrée. Bien sûr, sans pass, personne ne pourra rentrer. Ou alors avec test antigénique de moins de 48 heures.

Le gouvernement a évoqué  l'installation de barnums à l'entrée des boites de nuit pour faire des tests rapides, ça vous paraît une bonne idée ?

Une bonne idée, oui, à condition que le gouvernement prenne en charge le financement de ces tests parce que l'on ne pourra pas le prendre en charge pour honnête.

Malgré tout ce contexte sanitaire, malgré ces mesures, comment vous imaginez les premiers jours? Je suppose que vous avez vraiment envie de retrouver vos clients. 

On a envie de les retrouver, et puis, c'est vrai que depuis un an et demi, ils nous suivent sur les réseaux sociaux. Ils nous soutiennent et ils ont hâte qu'on réouvre. Ça va être un peu plus d'attente à l'entrée, je pense, mais une attente qui va être méritée et je pense que les gens ont envie de faire la bamboche, comme disait un certain "monsieur Orléans", ont envie de s'amuser et de s'exprimer. Faut être honnête, le pass toute façon, un moment, il le faudra, pour voyager, pour plein de choses, donc, autant se faire vacciner tout de suite et revivre comme avant.

Un tiers des établissements ailleurs en France, soit environ 430 boites de nuit, selon le principal syndicat des discothèques ont fermées. Vous avez de la chance au final.

On a de la chance. Alors, il ne faut pas tout mélanger, des discothèques ont fermé parce qu'ils avaient aussi aussi des problèmes financiers, d'autres ont lâché l'affaire, en ont eu ras le bol. Nous, moralement, on a continué, avec mon associé, on s'est dit "on va aller jusqu'au bout". Il faut être honnête aussi l'État français nous a beaucoup aidé avec les aides. C'est ce qui nous a permis de rester debout et vivant. Et là dessus, franchement, il faut être honnête, ça nous a vraiment aidé.

Vous rouvrez en plein été, c'est une bonne chose ou au contraire, ça s'annonce un peu compliqué ?

Alors pour nous, les discothèques de la région, c'est pas vraiment la meilleure des saisons l'été.  Je pense à mes amis du Sud, pour eux, bien sûr, c'est la grosse bamboche, nous l'été c'est vrai que c'est un peu plus compliqué à Orléans, il y a moins de monde, les gens partent en vacances, etc.

Mais vous ne pensez pas que ça va être compensé par le coté "J'ai envie d'aller faire la fête" ?

Les gens, peut être avant de partir, ou ceux qui ne partent pas cette année avec le Covid, vont en profiter pour faire la fête tout l'été.

Il va falloir recruter maintenant

Justement, on cherche du personnel aussi parce que les gens sont passés à autre chose. Moi, j'avais du personnel, des barmen ou des agents d'accueil qui étaient là. Pendant un an et demi ils ont cherché autre chose. Maintenant, ils ont trouvé autre chose, ils ont des contrats CDI et ils veulent pas les quitter, donc on recrute deux postes.

Vous avez essayé de vous diversifier en rachetant il y a quelques mois la pizzeria juste à côté du Sept, ça marche bien ?

Faut être honnête, je n'étais pas du tout dans la pizzeria, mais vraiment pas du tout. J'ai fait ça, c'est un challenge pour moi, parce qu'on n'avait plus rien et on voulait rester dans le mouv', rester motivé, pour rouvrir cette discothèque plus tard. La pizzeria, c'est ce qui était le plus simple à faire, c'est un challenge plutôt réussi.