Replay du vendredi 20 novembre 2020

Anthony Pinon, gérant de la boutique Superdry d'Orléans et spécialiste habillement aux Vitrines d'Orléans

- Mis à jour le

Des réunions ont lieu ce vendredi au ministère de l'Economie pour décider de l'avenir des commerces dits "non-essentiels". Ils pourraient rouvrir le week-end prochain en se soumettant à un nouveau protocole sanitaire très strict. Une mesure qu'accepte tout à fait Anthony Pinon, commerçant orléanais.

Anthony Pinon, gérant de la boutique Superdry d'Orléans et spécialiste habillement aux Vitrines d'Orléans
Anthony Pinon, gérant de la boutique Superdry d'Orléans et spécialiste habillement aux Vitrines d'Orléans - Anthony Pinon

"Il y a beaucoup d'angoisse et de stress. Pour nous, c'est extrêmement important d'obtenir cette réouverture le 27 novembre." Anthony Pinon, gérant de la boutique de vêtements Superdry à Orléans et spécialiste habillement aux Vitrines d'Orléans, association des commerçants du centre-ville, espère de tout coeur que le gouvernement autorisera une réouverture des commerces jugés "non-essentiels" dès le week-end prochain, le 27 ou le 28 novembre. 

Tout au long de la journée de ce vendredi, des réunions se tiennent au ministère de l'Economie pour décider de l'avenir de ces commerces pour les prochaines semaines. "Nous saluons les efforts de Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, qui se bat avec les autres membres du gouvernement pour nous laisser rouvrir", souligne Anthony Pinon.

Il faut que tout le monde comprenne que ce vendredi 27 novembre représenterait un week-end de plus d'ouverture, juste avant Noël, qui est une période très importante pour nos chiffres d'affaires. Cela nous permettrait de sortir un peu la tête de l'eau. 

Le 27 novembre, justement, est censé marqué le début du Black Friday, deux jours de grosses promotions dans les magasins. 

Pour un report du Black Friday en France

De nombreux commerçants ont demandé le report du Black Friday en France. Ce jeudi soir soir, le directeur général d'Amazon France a indiqué qu'il était d'accord pour le décaler au 4 décembre. Une "très bonne nouvelle", selon Anthony Pinon.

Pendant cette crise sanitaire et économique, on a beaucoup opposé le commerce physique au commerce digital, et les grands commerces aux petits commerces. Mais aujourd'hui, nous avons l'impression qu'il y a une forme d'unité pour la sauvegarde des petits commerçants et notamment les indépendants.

Anthony Pinon s'attend par ailleurs à un protocole sanitaire très strict qui permettrait de garantir "une sécurité sanitaire optimale" et est tout à fait prêt à l'appliquer. 

Un nouveau protocole sanitaire très strict 

Un nouveau protocole sanitaire est à l'étude. Parmi les pistes évoquées, la potentielle instauration d'un jauge proportionnelle à la surface des commerces, pour limiter le nombre de clients en magasin. Toucher les objets pourrait également être interdit.  Pour Anthony Pinon, aucun doute, les commerçants seront tout à fait capable de le mettre en place en à peine une semaine s'il le fallait. 

Nous avons fait beaucoup d'effort avec le premier protocole sanitaire, qui par ailleurs, n'a jamais été remis en cause par les autorités publiques. Donc oui, nous sommes prêts à des derniers efforts. De toute façon, c'est notre survie qui se joue en ce moment.

Et il l'espère, ce nouveau protocole sanitaire ne freinera pas les clients à l'idée d'aller faire les boutiques. "Je pense que les clients auront en tête de faire attention pour ne pas avoir à subir de nouvelles privations dans les jours et mois à venir."

Même si le fait d'essayer des vêtements en boutique pourrait ne pas être autorisé, ce qui risque de baisser le chiffre d'affaires des professionnels de l'habillement, craint Anthony Pinon, il l'assure, "on préfère adapter nos protocoles que devoir fermer de nouveau nos magasins pour une période longue".