Toutes les émissions

L'invité de France Bleu Orléans

Du lundi au vendredi à 7h50

"Nous voulons corriger les dysfonctionnements qui sont apparus au plus haut niveau de l'Etat" - Jean-Pierre Sueur
"Nous voulons corriger les dysfonctionnements qui sont apparus au plus haut niveau de l'Etat" - Jean-Pierre Sueur © Radio France - François Guéroult

Jean-Pierre Sueur, co-rapporteur de la commission d'enquête du Sénat sur l'affaire Benalla : "Nous voulons la vérité"

Diffusion du mercredi 12 septembre 2018 Durée : 6min

L'affaire Benalla est de retour au Sénat aujourd'hui : après une pause au mois d'août, la commission d'enquête du Sénat reprend ses auditions ce matin. Jean-Pierre Sueur, sénateur PS du Loiret et co-rapporteur de la commission, affirme n'avoir qu'un objectif : "obtenir la vérité".

Invité ce matin de France Bleu Orléans, Jean-Pierre Sueur, le sénateur PS du Loiret, a défendu la nécessité que la commission d'enquête du Sénat sur l'affaire Benalla, dont il est co-rapporteur, aille jusqu'au bout de ses investigations. Les auditions reprennent ce matin au Sénat, avec notamment le chef de cabinet de l'Elysée, François-Xavier Lauch.

M. Benalla simple GO ? Je n'y crois pas !"

Officiellement chargé de mission en matière de sécurité, Alexandre Benalla est soupçonné d'avoir frappé des manifestants le 1er mai à Paris, en se faisant passer pour un policier. Il a depuis été mis en examen et fait l'objet d'une procédure de licenciement. Mais au-delà de cet incident, la lumière est loin d'être faite sur le rôle exact qu'a eu Alexandre Benalla à l'Elysée : "Ce qui va beaucoup m'intéresser, explique Jean-Pierre Sueur, c'est de savoir si M. Lauch va dire la même chose que le secrétaire général de l'Elysée qui nous a dit : "Monsieur Benalla n'exerce aucune fonction de police ni de sécurité, en quelque sorte c'est un gentil organisateur de voyages", comme il y a un GO au Club Méditerranée... Moi, je n'y crois pas ! Je pense que M. Benalla avait un rôle très important dans la surveillance pour les activités publiques et les déplacements privés du chef de l'Etat, ainsi que dans des projets de réforme concernant la sécurité de l'Elysée et des hautes personnalités." Jean-Pierre Sueur se dit d'ailleurs favorable à l'audition d'Alexandre Benalla par le Sénat, qui pourrait avoir lieu la semaine prochaine.

Jean-Pierre Sueur est persuadé que la commission d'enquête du Sénat n'aura pas le même destin que celle de l'Assemblée nationale, qui a "explosé en vol" : "Le Sénat est parfois bien critiqué, mais nous travaillons en toute indépendance. Le travail de contrôle de l'exécutif par le Parlement est essentiel, et nous comptons le mener à bien. Notre objectif n'est pas politicien, nous voulons la vérité et mettre fin aux dysfonctionnements qui sont apparus au plus niveau de l'Etat", martèle le sénateur du Loiret qui se refuse pour autant de parler d'une "affaire d'Etat".

Je regrette que le Président n'ait pas parlé aux Français sur cette affaire"

Depuis la révélation de cette affaire ce été, la cote de popularité d'Emmanuel Macron ne cesse de baisser. Faut-il d'ores et déjà y voir un tournant dans le quinquennat ? "Je ne m'inscris pas dans cette logique-là, répond Jean-Pierre Sueur, mais j'exprime un regret : je trouve anormal que, sur une affaire qui a eu un tel retentissement, le Président de la République n'ait rien dit. Devant l'émotion et les questions qui se sont posées, il eût été logique que le président s'exprimât."