Toutes les émissions

L'invité de France Bleu Orléans

Du lundi au vendredi à 7h50

"A long terme, Parcoursup prépare à la sélection à l'Université" - Karin Fischer
"A long terme, Parcoursup prépare à la sélection à l'Université" - Karin Fischer © Radio France - François Guéroult

Karin Fischer, du SNESup-FSU à Orléans : "Le vrai problème, c'est qu'on baisse les moyens des universités"

Diffusion du mardi 10 avril 2018 Durée : 6min

Karin Fischer, enseignante et militante SNESup-FSU, affirme qu'elle soutient le blocage de la fac de lettres entamé aujourd'hui par de étudiants d'Orléans. Elle explique aussi pourquoi son syndicat appelle à boycotter les commissions orchestrant les résultats de Parcoursup.

Invitée ce matin de France Bleu Orléans, Karin Fischer, enseignante et militante SNESup-FSU, a apporté son soutien aux étudiants qui entament ce matin à Orléans le blocage de la faculté de lettres, langues et sciences humaines. "Le blocage est une façon pour les étudiants de faire entendre leur protestation. C'est compliqué de dire qu'il s'agit d'une minorité ; beaucoup d'étudiants ne viennent certes pas aux assemblées générales, mais si vous leur demandez : "Pensez-vous que le bac devrait donner accès à la filière de votre choix ?", une majorité va vous dire oui."

Or c'est bien l'enjeu, estime Karin Fischer, pour qui la plateforme Parcoursup où les futurs bacheliers ont déposé leurs vœux, permet d'installer une sélection déguisée, même si ce ne sera sans doute pas le cas cette année, reconnaît-elle : "Cela instaure la possibilité d'une sélection puisqu'on nous demande de classer les étudiants. A court terme, on ouvre les vannes, on nous dit que tout le monde sera accueilli, mais demain ?" Le vrai problème, conclut Karin Fischer, c'est qu'"Avant, on fonctionnait en fonction des besoins, jusque dans les années 90 on augmentait les moyens des universités selon les besoins démographiques, ce n'est plus le cas aujourd'hui, au contraire, on baisse ces moyens !"

Le SNESup-FUS a d'ailleurs annoncé le boycott des commissions gérant à l'Université d'Orléans la plateforme parcoursup.