Replay du mercredi 29 avril 2020

Emmanuel Mercier, co-secrétaire régional de la FSU

- Mis à jour le

Emmanuel Mercier, enseignant à Blois, et co-secrétaire régional de la FSU réagit aux annonces d'Edouard Philippe sur le déconfinement dans l'Education Nationale.

L'invité de France Bleu Orléans
L'invité de France Bleu Orléans © Radio France

Emmanuel Mercier se montre très critique après les annonces du Premier Ministre sur la rentrée le 11 mai uniquement sur la base du volontariat des parents et dans les écoles primaires, puis le 18 mai dans les collèges pour les seuls 6èmes et 5èmes dans les départements classés "verts" du point de vue épidémiologique.

Une grande hypocrisie"

"On devait avoir de la clarté, on est encore dans le flou", regrette le co-secrétaire régional du syndicat FSU. "Ce qui domine, c'est le sentiment que l'école va servir de garderie pour permettre la reprise économique : quand on regarde bien, les enfants qui vont retourner en classe, ce sont ceux qui ne sont pas en âge de se garder tout seuls à la maison." L'argument officiellement invoqué - lutter contre les inégalités - relève de "_l'hypocrisi_e" : "On va même augmenter les inégalités avec ce déconfinement."

Dans la pratique, on fait comment ?"

Emmanuel Mercier souligne enfin qu'il n'y a toujours pas de réponse précise, à ce jour, sur le mode d'emploi du "15 élèves maximum par classe" : "On ne peut pas demander à un professeur qui fera de l'enseignement présentiel d'assurer aussi de l'enseignement à distance pour le demi-groupe qui ne sera pas accueilli à l'école, et on renvoie l'organisation, finalement, aux collectivités locales."

Mots clés: