Toutes les émissions

L'invité de France Bleu Orléans

Du lundi au vendredi à 7h50

Mireille Moron défend une "viande de qualité, issue de l'agriculture raisonnée ou bio"
Mireille Moron défend une "viande de qualité, issue de l'agriculture raisonnée ou bio" © Radio France - François Guéroult

L'invité de France Bleu Orléans : Mireille Moron, pour les rencontres made in viande

Diffusion du jeudi 31 mai 2018 Durée : 7min

Aujourd'hui et jusqu'à mercredi, les filières viande et élevage organisent "les rencontres made in viande" : des portes ouvertes auprès de 63 professionnels en région Centre Val-de-Loire. Parmi eux, Mireille Moron, de la boucherie Moron, elle était l'invitée ce matin de FB Orléans.

"Présenter ses savoir-faire, ses partis pris et ses valeurs" : voilà le but de ces rencontres made in viande auxquelles participe Mireille Moron, de la boucherie Moron, qui possède deux établissements, l'un à Orléans aux Halles-Châtelet, l'autre à Olivet dans le magasin Etik et Bio. Une boucherie qui s'est "toujours inscrite dans une agriculture raisonnée, et même bio, avec la conversion de certains des éleveurs" avec qui elle travaille.

Mireille Moron parle de son métier : "dur, mais surtout passionnant", dans un contexte où la consommation de viande ne cesse de reculer en France - moins 4% l'an passé selon le ministère de l'Agriculture, troisième année de baisse consécutive. "Il y a plein de modes alimentaires, analyse Mireille Moron, que je respecte. Chacun voit à son régime, du moment qu'il vit en accord avec lui-même, et qu'il tolère la différence. Il y a eu une telle industrialisation de la viande, que trop souvent elle n'est pas bonne, et que les gens n'ont pas envie d'en manger. Ou alors, ils se tournent vers des artisans comme nous, pour manger des viandes de qualité, gustatives, et bonnes pour la santé." Mais cela a une contrepartie : des prix élevés. "Quand on travaille bien, on a envie d'être valorisés. Si j'ai un éleveur qui travaille bien, je ne vois pas pourquoi je le paierais comme un éleveur qui fait de l'industrialisation..."

Autre critique à laquelle doit faire face la profession : ce qui se passe dans les abattoirs, avec les vidéos régulièrement diffusées par l'association L214 qui montrent de la maltraitance d'animaux. "Evidemment, je n'y vais pas tous les jours, mais lorsqu'on y va, on n'a jamais rencontré ce genre de problème, assure Mireille Moron. On a un engagement avec nos fournisseurs sur le bien-être animal, certains de nos éleveurs vont même jusqu'à amener les bêtes deux par deux pour que ça ne se fasse pas dans le stress. Après, qu'il y ait des problèmes, c'est le travail des services vétérinaires, et il faut sanctionner s'il y a un souci." Mireille Moron qui, à titre personnel, est favorable à l'installation de caméras dans les abattoirs - mesure qu'ont finalement écartée les députés lors de l'adoption en première lecture de la loi "Agriculture et alimentation."

Mireille Moron, invitée de France Bleu Orléans ce matin