Replay du vendredi 13 novembre 2020

Stéphanie Rist, députée La République en Marche du Loiret

- Mis à jour le

Maintien de l'ouverture des établissements scolaires et des mesures sanitaires, possible réouverture des petits commerces début décembre... La députée La République en Marche du Loiret, Stéphanie Rist, soutient les annonces faites par le Premier ministre ce jeudi.

Stéphanie Rist la députée LREM du Loiret
Stéphanie Rist la députée LREM du Loiret © Radio France - Anne Oger

Les règles du confinement ne vont pas changer au cours des deux prochaines semaines. Le Premier ministre, Jean Castex, l'a annoncé ce jeudi soir au cours d'une conférence de presse. Les déplacements restent limités, de nombreux commerces fermés. Des mesures drastiques mais nécessaires pour tenter d'enrayer l'épidémie de Covid-19, estime Stéphanie Rist. La députée La République en Marche du Loiret était l'invitée de France Bleu Orléans ce vendredi à 7h45.

Vers une réouverture des commerces "non-essentiels" ?

Si les indicateurs de l'épidémie s'améliorent dans les quinze prochains jours, les règles du confinement pourraient être assouplies, a assuré le Premier ministre ce jeudi soir. Les petits commerces notamment pourraient rouvrir dès le 1er décembre - hors salles de sport, bars et restaurants. Un message d'espoir pour les commerçants du Loiret qui souffre de la crise sanitaire et économique.

"Je comprends la souffrance des commerçants, assure Stéphanie Rist. Ce sont des gens qui ont l'habitude de beaucoup travailler et là, ils se retrouvent sans aucune activité, c'est vraiment très difficile. Il faut donc les accompagner."

Dans le même temps, beaucoup de commerçants me disent aussi que s'ils rouvrent, il ne faudrait pas refermer quinze jours après, ce serait encore pire. 

Cela permettrait aux Loirétains d'effectuer leurs achats de Noël chez leurs commerçants de proximité avant de profiter d'un moment en famille.

La perspective des fêtes de fin d'année

Le Premier ministre a évoqué ce jeudi les fêtes de fin d'année. Et il l'assure, nous pourrons les passer en famille. Mais pas question d'être des dizaines de personnes réunies sous un même temps, notamment pour le réveillon du 31 décembre, ce que comprend la députée. "Tout le monde vit mal cette situation. Mais il faut qu'on comprenne que nous avons tous la possibilité d'aider les soignants mais aussi d'aider les commerçants en respectant les gestes barrières et le confinement." 

Elle estime que plus les règles seront respecter, plus tôt le confinement sera allégé, et nous permettra de passer des fêtes de fin d'année en famille qui "nous feront chaud au coeur" dans ce contexte inédit. 

Situation "tendue" au CHRO

Egalement médecin de formation, rhumatologue à l'hôpital d'Orléans, Stéphanie Rist considère que la situation sanitaire y est "vraiment tendue."

Plus de 120 malades sont actuellement hospitalisés au CHR d'Orléans. Quelques lits de réanimation sont encore disponibles, mais uniquement parce que des transferts de malades ont été réalisés le week-end dernier. 

Jean Castex demande aux Français de ne pas "relâcher" leurs efforts et même de les amplifier pour que les indicateurs de l'épidémie puissent redescendre. Dans le Loiret, depuis le 1er septembre, 60 personnes sont mortes du Covid-19. Mais le pic des hospitalisations est encore devant nous, met en garde le Premier ministre.

L'importance d'assurer une continuité pédagogique

Le pic des hospitalisations est attendu en début de semaine prochaine. Celui du mois d'avril - 32 000 hospitalisations - a par ailleurs été franchi ce jeudi. Des arguments qui devraient pousser les Loirétains à respecter les règles sanitaires, espère Stéphanie Rist. D'autant que les établissements scolaires, écoles, collèges et lycées vont rester ouverts. Une décision essentielle selon la députée. "C'était vraiment important que l'apprentissage puisse continuer puisqu'on a appris de la première vague."

La fermeture des établissements scolaires a entraîné beaucoup de difficultés chez certains jeunes ou certains enfants. Aujourd'hui, la situation est adaptée avec un protocole sanitaire stricte. Les lycées peuvent assurer jusqu'à 50% des cours en présentiel.

Stéphanie Rist ajoute que des tests antigéniques, qui apportent un résultat en 15 minutes, vont être massivement déployés auprès des personnels de l'éducation nationale. "Plus d'un million de tests vont être fournis afin que les professionnels soient en sécurité."