Replay du lundi 28 décembre 2020

Corinne Le Sauder, présidente de la Fédération des médecins de France

- Mis à jour le

Les premières vaccinations contre le covid 19 ont eu lieu, ce dimanche, dans deux Ephads, en région parisienne et à Dijon. Elles vont se poursuivre toute cette semaine dans 23 établissements notamment à Tours. Dans le Loiret, il faudra attendre mi-janvier.

L'invité de France Bleu Orléans
L'invité de France Bleu Orléans © Radio France

Après Sevran (Seine-Saint Denis) et Dijon, la campagne de vaccination contre le Covid 19 se poursuit ce lundi. Une vingtaine d'Ephads dépendant des CHU vont proposer le vaccin, cette semaine, à leurs résidents et personnel soignant. Ce sera le cas à Paris, Lille, Lyon et Tours. 

A partir du 4 janvier et durant deux semaines, 300 autres établissements en France, suivront. Dans le Loiret, les premières doses ne seront pas administrées avant la mi-janvier.

Pas de retard mais une logistique lourde

"Il n'y a pas de retard, on ne peut pas faire partir tout le monde en même temps" explique le docteur Corinne Le Sauder, secrétaire générale de l'Union Régionale des Professionnels de santé Médecins libéraux du Centre-Val de Loire. 

"L'infrastructure à mettre en place est très compliquée" reconnait cette médecin généraliste installée à Olivet qui préside la Fédération des médecins de France (FMF) tant en ce qui concerne l'acheminement des vaccins, que leur conservation, ou encore les questions de consentement des personnes.

Une vaccination en différentes étapes

1 million de personnes, résidents et personnel soignant des Ephads, devraient avoir été vaccinées d'ici le 15 février, selon le calendrier établi par le gouvernement. Un calendrier qui s'effectue en plusieurs phases et d'ici l'été 15 millions de Français pourront avoir été vaccinés. 

Reste qu'aujourd'hui selon un dernier sondage sur les intentions de vaccination, plus d'un Français sur deux, déclare ne pas y être favorable.

Mots clés: