Replay du jeudi 8 avril 2021

Gel dans le Loiret : "situation catastrophique", dans certains secteurs, selon la Chambre d'agriculture

- Mis à jour le

La situation s'annonce "catastrophique", pour les arboriculteurs, les viticulteurs et les producteurs de betteraves du Loiret, après deux nuits de gel, assure Jean-Marie Fortin, le président de la Chambre d'agriculture, invité de France Bleu Orléans ce jeudi.

Un bourgeon brûlé par le gel, il va tomber d'ici quelques jours
Un bourgeon brûlé par le gel, il va tomber d'ici quelques jours © Radio France - Stéphane Vosgien

Le gel a frappé deux nuits consécutives le Loiret, en début de semaine, faisant craindre des très gros dégâts dans certaines exploitations du département. "Une chose est sûre que les arboriculteurs et les viticulteurs et producteurs de betteraves vont avoir une situation catastrophique", assure le président de la Chambre d'agriculture, Jean-Marie Fortin, invité de France Bleu Orléans ce jeudi matin. 

Si le gel a frappé si fort cette année, "c'est qu'on est sortis d'une semaine où on était à 25-26 degrés, où la nature s'est réveillée. Ce qu'il s'est passé, c'est que la première nuit de gel, on a vu ce qu'on appelle une gelée noire, c'est à dire une gelée sans humidité avec un vent du nord qui atteint beaucoup plus les plantes qu'une gelée humide.", explique Jean-Marie Fortin. 

Toute la filière betterave pourrait être concernée

Parmi les secteurs les plus touchés, donc, les cultures arboricoles et vinicoles. Dans les vergers, environ 50% de la surface est protégée par des systèmes d'aspersion. "Ce qui veut dire que sur 50% de la surface, il va y avoir à peu près 70 à 80% de pertes. Sur ce qui a été protégé, il y aura des pertes mais beaucoup moindres. Après sur les vignes, les éoliennes sont inefficaces en dessous de -4 degrés. Donc là, effectivement, ce qui est prévu, c'est 30 à 50% de pertes. On aura vraiment le résultat dans huit à dix jours des dégâts causés par ce gel", poursuit le président de la Chambre d'agriculture. 

Autre inquiétude, elle concerne les betteraves, dont la culture est très importante dans le Loiret. "Pour plus de la moitié des surfaces qui ont été semées, début mars, il va y avoir à peu près 60 à 70% de pertes, ce qui va poser un problème terrible sur la filière. Si aujourd'hui 70% des betteraves ne sont pas présentes, les sucreries ne vont guère pouvoir tourner. Il y a vraiment un problème de filière qui va se poser. Ce que l'on demande, c'est que puissent être semées rapidement des betteraves pour pouvoir notamment continuer à faire tourner la filière." 

Déclencher les indemnisations pour calamité agricole

Selon Jean-Marie Fortin, tout le département a été touché par le gel de ces derniers jours, que ce soit des plaines de Beauce au Sud-Loire. "Aujourd'hui va se poser la question de savoir quels sont les dégâts, et pouvoir déclencher les indemnisations pour calamité agricole. Pour ce qui est des productions de betteraves, je souhaite qu'on puisse re-semer des betteraves enrobées avec des néonicotinoïdes qui protègent contre les pucerons rapidement. Sachant qu'aujourd'hui, on a l'interdiction de produire des productions telles que le tournesol, les pois, tout ça limite considérablement les capacités de replantation derrière des betteraves qui n'auraient pas marché."