Replay du lundi 19 avril 2021

Gel dans le Loiret : "Ne boudez pas les fruits moches" cet été lance la Chambre régionale d'agriculture

- Mis à jour le

Le président de la Chambre régionale d'Agriculture lance un appel sur France Bleu Orléans ce lundi matin. Les consommateurs sont invités à acheter les fruits locaux cet été, même si certains seront "moches", ou "plus petits", en raison des épisodes de gel dans le Loiret.

La Chambre régionale d'agriculture appelle à consommer local, après les épisodes de gel dans la région Centre-Val-de-Loire. (illustration)
La Chambre régionale d'agriculture appelle à consommer local, après les épisodes de gel dans la région Centre-Val-de-Loire. (illustration) © Maxppp - Eric Lalmand/BELGA/MAXPPP

Il y aura moins de fruits locaux sur les étales cet été, prévient ce lundi matin le président de la Chambre régionale d'agriculture de Centre-Val-de-Loire, après les épisodes de gel qui ont frappé le Loiret ces dernières semaines. Invité de France Bleu Orléans, Philippe Noyau lance un appel à consommer local et à ne pas "bouder" les fruits moches ou tâchés par les intempéries. 

Un milliard d'euros d'aides aux agriculteurs sinistrés viennent d'être annoncés ce weekend par Jean Castex. Ce sera suffisant pour faire face aux dégâts ?

Bien sûr, non, ce ne sera pas suffisant. C'est une première marche. On va continuer les estimations de pertes de production et il faudra accompagner les producteurs bien plus loin que cela. On pense qu'il faut le triple de cette enveloppe pour accompagner les producteurs qui ont subi les dégâts, qui durent encore. Ils ont duré quand même 15 jours, il y a encore un peu de froid encore ce matin, donc on est vraiment inquiets avec ce climat qui change, des températures très chaudes puis là très froides maintenant. 

En plus de ce fonds de solidarité exceptionnel. Il y a aussi une année blanche sur le front des cotisations sociales. Certaines exonérations fiscales aussi. C'est une aide d'ampleur, massive, promise par le gouvernement.

Oui, on remercie bien sûr le gouvernement d'être à notre écoute pour l'annulation et le report de certaines charges. Certaines taxes vont être annulées, supprimées pour les producteurs très touchés. Il y a aussi une enveloppe équivalente au Covid-19, avec des prêts spéciaux et des taux bas garantis. Il y a également une enveloppe d'annulation de dettes et effectivement il va falloir annuler certaines dettes pour que beaucoup d'agriculteurs puissent continuer à produire. 

Une enveloppe d'urgence est promise aux préfets, mais d'ici dix à quinze jours. Il faut aller vite aujourd'hui, dans ces indemnisations ? 

L'agriculteur, l'arboriculteur, le viticulteur, le producteur de betteraves, ils récoltent aux mois d'août-septembre.  Le principal pour l'instant : il faut rassurer psychologiquement tous nos agriculteurs qui sont touchés. C'est les rassurer en leur promettant quand même qu'il va se passer des choses. Donc, c'est bien se poser, faire le tour de la problématique et agir au bon endroit avec la bonne action. 

Jean Castex ne promet pas seulement des aides pour les agriculteurs, mais également pour les entreprises qui en dépendent. On pense chez nous aux betteraviers.

C'est important parce que s'il n'y a plus de filière, si les sucreries ferment, il n'y aura plus de producteurs de betteraves l'an prochain, donc c'est de nouveau une production qu'on va perdre dans la région Centre. On va perdre de la diversification et on va perdre de l'activité, on va perdre de l'emploi. Donc, bien sûr qu'il faut un soutien conséquent aux entreprises qui tournent autour de l'agriculture.

Moins de rendement, cela veut dire moins de production. On doit s'attendre à des prix qui vont grimper dans les prochains mois ?

Il y aura en aura moins, mais je pense qu'il y en aura quand même. Oui, ils vont coûter un petit peu plus cher. Après, c'est aux clients d'être solidaires par rapport aux cerises françaises, les payer un peu plus cher.

Vous lancez un appel aux consommateurs lointains, consommez local cet été ? 

Consommez local cet été. Attention, il y aura aussi des fruits moches, ou des petits fruits parce qu'il y aura un contre-bourgeon. Si ce contre-bourgeon n'a pas gelé la deuxième semaine, il y aura des petits fruits ou des fruits tâchés. Ce que je dis au consommateur, c'est d'acheter aussi ces fruits là, ne pas bouder ces fruits là qui seront locaux. On peut les manger, après ils se conserveront peut-être moins bien, mais au moins consommez ces fruits là au début.