Replay du lundi 14 septembre 2020

Laurent Habert, directeur général de l'agence régionale de santé Centre Val-de-Loire

- Mis à jour le

Dans le Loiret, le taux d'incidence de l'épidémie de Covid 19 atteint 70 pour 100 000 habitants. "C'est beaucoup plus qu'il y a deux mois" dit Laurent Habert, le directeur de l'ARS Centre Val de Loire. Et les principaux foyers de contamination sont les rassemblements familiaux et festifs.

Laurent Habert, directeur de l'Agence Régional de Santé Centre Val de Loire
Laurent Habert, directeur de l'Agence Régional de Santé Centre Val de Loire © Radio France - Anne Oger

"Dans le Loiret, le taux de positivité des personnes que l'on teste a été multiplié par quatre sur les deux derniers mois" explique Laurent Habert, le directeur de l'Agence Régionale de Santé. "Ce qu'on voit derrière ces chiffres, c'est que _ce sont beaucoup les fêtes d'anniversaire, les fêtes de mariage, les rassemblements amicaux, qui sont la cause de la circulation du virus_. Donc mon message, c'est de faire très attention dans votre vie privée". Des cas de contamination dans la pratique du sport sont apparus également selon l'ARS. 

Interdire les rassemblements familiaux ? Ce serait très difficile de régenter la vie des gens dans la sphère privée

Mais l'autorité sanitaire n'a pas pour autant donné de préconisation au préfet du Loiret, pour limiter ces rassemblements : "c'est de toute façon très difficile de régenter la vie des personnes dans la sphère privée. Donc c'est vraiment une prise de conscience citoyenne qu'il faut avoir, sur la façon dont circule le virus, et la façon dont on peut s'en protéger"

Un exemple concret des effets que peut avoir un rassemblement familial non protégé, à l'échelle d'un quartier. Ce cluster lié à un mariage dans le quartier de la Source, début août à Orléans. "On s'est arrêté de compter les cas contacts au-delà de 150 positifs. Mais on a surtout observé sur le quartier, dans les semaines qui ont suivi, un taux de positivité très élevé sur le quartier de la Source, on était entre 5 et 10% de taux de positivité, c'est le double que ce qu'on observe sur l'ensemble du département"

On va garder ouvert le centre de dépistage de l'ancien hôpital Porte Madeleine, la fréquentation y est importante

Ce qu'observe l'Agence Régionale de Santé, c'est que finalement, dans les entreprises, et les lieux où les mesures sanitaires, les gestes barrières, le port du masque, sont bien respecté, les clusters sont limités, le nombre de cas contacts positifs reste bas, "sauf quand il y a des conditions particulières" précise Laurent Habert. 

Par exemple à la centrale nucléaire de Belleville sur Loire, où 20 cas positifs ont été recensés parmi les salariés d'une entreprise sous-traitante, l'enquête a montré que les ouvriers étaient logés au même endroit, ce qui a favorisé la diffusion du virus. 

Concernant les centres de dépistage, celui de l'ancien hôpital Porte Madeleine à Orléans reste encore ouvert cette semaine. "Et on va le garder pendant encore un moment, parce que le taux de fréquentation est important, il y a une attente". En revanche dans les laboratoires, la règle c'est de permettre aux personnes présentant des symptômes, ou aux cas contacts identifiés, de se faire tester rapidement, donc de leur donner la priorité.