Replay du mardi 26 janvier 2021

Laurianne Delaporte, enseignante et secrétaire départementale du syndicat Snuipp-FSU 45

- Mis à jour le

Ce mardi est une journée de mobilisation dans l'Education nationale. Les syndicats appellent enseignants, infirmières scolaires, étudiants et parents d'élèves à manifester leur colère face à la gestion de la crise sanitaire. Dans le Loiret, deux rassemblements ont lieu à Orléans et à Montargis.

Laurianne Delaporte, enseignante et secrétaire départementale du syndicat Snuipp
Laurianne Delaporte, enseignante et secrétaire départementale du syndicat Snuipp © Radio France - Anne Oger

L’Education nationale est en grève ce mardi. De la maternelle à l'université à l'appel de plusieurs syndicats, des enseignants aux infirmières scolaires en passant par les parents d'élèves, le ras-le-bol est général.

Manque de moyens, conditions de travail dégradées

Tous dénoncent leurs conditions de travail et la gestion de la crise sanitaire dans les établissements scolaires. Selon le SNUIPP, principal syndicat dans le primaire, un tiers des enseignants du premier degré devraient cesser le travail. Lauriane Delaporte, secrétaire départementale du Snuipp-Fsu dans le Loiret, reconnait que "les moyens manquent, c'est compliqué d'assurer de bonnes conditions d'enseignement aux enfants en ce moment".

Le mépris du Ministre, ça suffit

Face à l'épidémie, les profs souhaitent des informations plus précises de leur Ministre et des mesures concrètes, à savoir plus de masques pour tout le monde et plus de gel hydroalcoolique. "Nous sommes favorables au fait de laisser les écoles ouvertes mais il faut davantage de moyens et une meilleure reconnaissance" explique Lauriane Delaporte.

Deux rassemblements ont lieu dans le Loiret à 10h30, devant le Rectorat à Orléans et place du Pâtis à Montargis.

Mots clés: