Replay du mercredi 23 décembre 2020

Coronavirus : le député LR du Loiret Jean-Pierre Door contre le projet de loi sur les urgences sanitaires

- Mis à jour le

Jean-Pierre Door se dit soulagé après le report par le gouvernement de l'examen du projet de loi sur la fin de l'état d'urgence sanitaire, texte qui crée la polémique. Le député LR du Loiret estime qu'il ne faut pas rendre la vaccination contre le Covid-19 obligatoire, mais convaincre les Français.

Jean-Pierre Door, député LR du Loiret
Jean-Pierre Door, député LR du Loiret © Radio France - France Bleu Orléans

"On met le feu aux poudres avec un projet de loi totalement anachronique et paradoxal. On déclare que la vaccination n'est pas obligatoire et on met sur la table un projet de loi qui rendrait quasiment obligatoire l'obligation d'être vacciné pour les déplacements ! Donc, heureusement que c'est retiré", se réjouit Jean-Pierre Door, député Les Républicains du Loiret, au sujet du projet de loi sur la fin des urgences sanitaires qui a suscité l'ire de l'opposition en début de semaine, et qui est finalement repoussé, a annoncé mardi soir Olivier Véran, ministre de la santé.

Jean-Pierre Door, médecin lui-même, estime pour autant que "la vaccination est absolument indispensable !" "Parfois, les français ont parfois plus peur du vaccin que de la maladie, on est au pays de Pasteur, le nombre de vaccins qui ont permis de réduire ou supprimer certaines maladies est important, il faut informer, faire de la pédagogie pour que les gens aient envie de se faire vacciner, il n'y a pas de dangers en dehors de quelques incidents secondaires qui existent toujours dans n'importe quel traitement. Avec le Covid-19, il faut obtenir au moins 60% de la population vaccinée, c’est comme ça qu'on obtiendra une immunité collective".

Comment éviter un reconfinement après les fêtes de fin d'année ?

Pour Jean-Pierre Door, membre de la commission parlementaire sur la gestion de la crise sanitaire, qui a rendu un rapport très critique pointant les défaillances des autorités, évoque la responsabilité de chacun pour éviter une troisième vague de l'épidémie. "C'est un problème de discipline et de respect des règles par chacun, si tout le monde est prudent, il n'y a pas de raison d'avoir u nouveau confinement, mais lorsque je vis certaines réunions de 200 à 300 personnes, sans masques, de type rave party ou fêtes, c'est prendre des risques majeurs !"