Replay du lundi 28 septembre 2020

Le préfet du Loiret Pierre Pouëssel détaille les nouvelles mesures sanitaires face au Covid 19

- Mis à jour le

Le préfet du Loiret revient sur les nouvelles mesures sanitaires qui entrent en vigueur ce lundi 28 septembre dans le département, classé zone d'alerte. Notamment sur l'interdiction des rassemblements festifs de plus de 30 personnes dans les établissements accueillant du public.

Pierre Pouessel, le préfet du Loiret
Pierre Pouessel, le préfet du Loiret © Radio France - Anne Oger

Le département du Loiret fait partie des 69 départements en France placés en zone d'alerte, en fonction de la situation sanitaire face au Covid 19, et concernés à ce titre par de nouvelles mesures. "Nous sommes en zone d'alerte simple, le taux d'incidence est supérieur à 50 pour 100 000 habitants. Nous avons donc pris fin août un arrêté pour obliger la population à porter un masque dans toute la métropole d'Orléans, et cette mesure a montré son efficacité, parce que depuis trois semaines, notre taux d'incidence est plutôt stable, même s'il est supérieur à 100 dans la métropole d'Orléans. Cet arrêté-là sera sans doute reconduit pour un mois à la fin du mois de septembre". 

D'où ces nouvelles mesures sanitaires interdisant les rassemblements de plus de 30 personnes ?

"Il s'agit des rassemblements festifs dans la sphère publique, c'est-à-dire dans les établissements recevant du public. Là où peut réglementer, car il est évident que dans la sphère privée on ne peut que recommander ce genre de précautions. Pourquoi cette mesure ? Parce que nous avons constaté depuis le mois de juillet que la plupart des clusters dans le Loiret avaient pour origine des événements familiaux, festifs. Ca a commencé avec Montargis au mois de juillet, où on a testé 5000 personnes suite à un mariage qui avait rassemblé une centaine de personnes. Evidemment la convivialité n'incite pas toujours au respect des mesures barrière. C'est pour cela qu'on a mis cette jauge à 30 personnes, avec l'idée que dans la sphère privée les gens auront ce chiffre en tête, et que cela aura une vertu pédagogique. Il est important de comprendre que ces contraintes sont à respecter pour éviter une contrainte bien pire : un reconfinement". 

Mais il y a une incompréhension car tous les événements publics ne sont pas soumis à cette règle ?

"Oui mais ça n'est pas compliqué : là où il y a des règlements sanitaires, qui sont contrôlés, par exemple le marché médiéval au Campo Santo ce dimanche à Orléans, on peut contrôler. La jauge dans ces cas-là peut aller jusqu'à 5000 personnes. Mais il y avec les organisateurs des dispositions qui sont prises, un protocole sanitaire très précis, qui fait qu'on peut les autoriser. Le problème des fêtes, des événements festifs, c'est que précisément, il n'y a pas de règles strictes, que c'est difficile d'en avoir, et dans ces cas-là on peut avoir un risque plus sérieux de contamination". 

Faut-il s'attendre à des mesures plus strictes dans les prochains jours ?

"Nous suivons la situation  au jour le jour avec le directeur régional de la Santé Laurent Habert. Pour l'instant le phénomène est contenu dans le département du Loiret depuis trois semaines. Nous espérons que ces mesures vont permettre de confirmer cette tendance. La situation est évolutive, et nous adaptons les mesures à cette évolution".