Replay du mercredi 26 mai 2021

Terrasses : "cela repart très fort", selon l'adjoint au Commerce à Orléans qui a reçu 94 demandes d'extension

- Mis à jour le

Une semaine après la réouverture des terrasses et des commerces non essentiels, France Bleu Orléans fait le point avec l'adjoint au maire en charge du dossier, Luc Nantier.

Luc Nantier, adjoint au commerce à la ville d'Orléans.
Luc Nantier, adjoint au commerce à la ville d'Orléans. © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Quelques rayons de soleil, et quelques degrés en plus auraient sans doute facilité les choses et provoqué un peu plus de flux dans les rues, mais les clients ont été présents" dans les commerces, une semaine après la réouverture, assure Luc Nantier, l'adjoint au Commerce à la Ville d'Orléans, invité de France Bleu Orléans. "Quelques petites inquiétudes, quelques petites sueurs froides pour certains commerçants, qui voient dans l'après-midi une caisse avec pas de chiffre, donc il faut s'adapter à un mode de fréquentation, à des horaires qui peuvent bouger."

Pour ce qui est des terrasses "malgré une météo pas très favorable, ca repart fort", souligne l'adjoint au maire. "Il faut savoir que l'on a mis en place le même dispositif que l'année dernière sur les extensions de terrasse. L'objectif c'est vraiment d'accompagner les restaurateurs et les bars, afin de leur permettre d'accepter un maximum de clients, mais dans le strict respect de la législation, tant au niveau de la jauge, que de la circulation des véhicules de secours." Luc Nantier indique avoir recu près de 95 demandes d'extension de terrasses, et confirme que la Ville ne les taxera pas. "la taxation 2020 était annulée, la taxation 2021 a été annulée, don extension de terrasse et sans taxation."

Il faut "trouver une solution plus vertueuse", face aux nuisances de livreurs en scooter

Orléans est classée ville touristique, ce qui permet l'ouverture, sur le papier, des commerces le dimanche. C'est un double appel que lance l'adjoint au Commerce sur France Bleu Orléans. "J'appelle les commerçants, dans la mesure où ils peuvent en termes de personnels, à ouvrir le dimanche. J'appelle aussi les clients, à être aussi présents en semaine, puisque le but c'est effectivement déjà de faire du commerce dans les jours normaux."

Depuis le confinement, l'une des seules présences, le soir, dans les rues d'Orléans, ce sont les livreurs de repas, que ce soit à scooter ou à vélo. "Il y a quelques remarques, quelques mécontentements de certains riverains sur ces livraisons le soir. Des livraisons qui ont été augmentées pendant le confinement, c'était la solution pour les restaurateurs pour continuer à travailler", estime Luc Nantier. Mais face aux nuisances, "il y a une démarche vertueuse qu'il faut que l'on mette en place sur d'une part, un mode de livraison plus humain, en faisant fonctionner du local, et il y a des solutions de livraisons déportées, de cuisines déportées, pour réduire le flux de livraison en centre-ville."