Toutes les émissions

L'invité de France Bleu Orléans

Du lundi au vendredi à 7h50

"Moi j'ai signé ; on verra si le préfet signera ou pas" - Marc Gaudet
"Moi j'ai signé ; on verra si le préfet signera ou pas" - Marc Gaudet © Radio France - François Guéroult

Marc Gaudet, président du Département du Loiret : "Nous disons "Oui mais" au contrat financier avec l'Etat"

Diffusion du vendredi 29 juin 2018 Durée : 6min

Le Département du Loiret accepte de signer avec l'Etat le contrat de maîtrise de dépense locale, mais ajoute des clauses suspensives, que le préfet acceptera ou non. Par ailleurs, la collectivité changera bien les panneaux pour l'entrée en vigueur dimanche des 80km/h.

Signera, signera pas ? Le Département du Loiret a finalement dit "oui" à l'Etat pour le contrat de maîtrise de la dépense locale. Pendant 3 ans, l'Etat s'engage à maintenir ses dotations et en échange, la collectivité locale promet de limiter à + 1,2% la hausse annuelle de ses dépenses de fonctionnement. Mais c'est un "oui, mais", explique Marc Gaudet, le président du conseil départemental du Loiret, "car nous l'avons assorti de clauses suspensives."

J'ai signé, on verra bien si le préfet signe aussi !"

Et de préciser : "C'est un contrat un peu unilatéral où nous subissons les contraintes et l'Etat n'apporte pas grand chose finalement. On dit "OK" parce qu'on s'aperçoit qu'on arrive à tenir ces dépenses de fonctionnement depuis plusieurs années en-deçà de ces 1,2%, mais nous demandons des conditions particulières au Loiret, par exemple prendre en compte les dépenses liées à la prévention spécialisée, qu'on a réintroduite dans notre politique, mais aussi bénéficier d'un bonus en cas de bonne performance, comme c'est prévu pour les villes et les métropoles. Je ne sais pas si le préfet signera, on verra bien !"

80km/h : Nous ne sommes pas des hors-la-loi !"

Dans un tout autre domaine, le Département du Loiret adopte la même posture : l'entrée en vigueur des 80 km/h dimanche 1er juillet. Opposé au principe, le conseil départemental appliquera quand même la mesure. "Nous ne sommes pas des hors-la-loi, mais cela ne nous empêche pas d'avoir une opinion sur cette mesure, qui n'est pas favorable à la ruralité. Cette mesure ne sera pas la mesure-miracle pour lutter contre la mortalité sur les routes, car il n'y a pas que la vitesse, les stupéfiants et le non-respect du Code de la route sont aussi à prendre en compte."

Dans la pratique, le Département est en train de changer 220 panneaux pour un coût évalué à 25 000 euros (hors main d'oeuvre). "J'enverrai la facture au préfet pour que l'Etat nous rembourse, annonce Marc Gaudet. Les panneaux seront prêts mais ne seront débâchés que lundi, il était hors de question de payer les agents un dimanche pour cette mesure-là !"