Toutes les émissions

L'invité de France Bleu Orléans

Du lundi au vendredi à 7h50

"La MSP est la meilleure façon de rendre attractif le territoire pour de jeunes médecins" - Marie-Agnès Linguet
"La MSP est la meilleure façon de rendre attractif le territoire pour de jeunes médecins" - Marie-Agnès Linguet © Radio France - François Guéroult

Marie-Agnès Linguet, maire de Fleury-les-Aubrais : "La MSP, ce n'est pas faire des cadeaux aux médecins"

Diffusion du lundi 20 novembre 2017 Durée : 6min

Maison de santé pluridisciplinaire, projet de téléphérique, dossier de la ligne SNCF Orléans-Châteauneuf : Marie-Agnès Linguet, la maire centriste de Fleury-les-Aubrais, était l'invitée de France Bleu Orléans ce matin.

A l'occasion de l'ouverture ce matin de la maison de santé "La Présentation" à Fleury-les-Aubrais, Marie-Agnès Linguet, la maire de Fleury, était l'invitée de France Bleu Orléans. Elle a justifié l'important effort des pouvoirs publics pour que cette MSP voie le jour : 1,5 millions d'euros, dont la moitié pour la ville de Fleury. "Ce n'est pas l'alpha et l'omega, c'est la meilleure façon pour rendre attractif le territoire pour de jeunes médecins", estime Marie-Agnès Linguet. "C'est un choix purement réfléchi, ce n'est pas un cadeau aux médecins".

Marie-Agnès Linguet a aussi évoqué le projet de téléphérique dans le quartier Interrives : les travaux devaient commencer fin septembre, ils n'ont pas encore démarré, mais "il ne faut pas parler de retard mais plutôt de prudence, on attend sereinement que le juge se prononce sur les recours". "Interrives, ce sont des bureaux, des logements, de l'emploi, c'est un beau projet qu'il faut construire sous le sceau du développement durable, le téléphérique n'est pas un gadget mais le moyen le plus pratique pour traverser 400 mètres de voies". Début des travaux espéré à présent pour "le début 2018".

Enfin, sur le dossier de la réouverture aux voyageurs de la voie SNCF Orléans-Châteauneuf, Marie-Agnès Linguet se dit favorable au projet dans son ensemble, mais elle "comprend totalement qu'on regarde de près ce que le projet implique techniquement et financièrement pour les deux communes les plus concernées, Orléans et St Jean-de-Braye, il ne s'agit pas de querelles de chapelle".