Replay du lundi 30 novembre 2020

Marie-Estelle Beaudoin, directrice marketing du comité régional du tourisme du Centre Val-de-Loire

- Mis à jour le

Il y a 20 ans, le Val de Loire entrait au patrimoine mondial de l'UNESCO. Vingt ans plus tard, quelles sont les retombées touristiques et économiques pour notre région ? Ce classement a-t-il changé le regard, les habitudes et les attentes des visiteurs qui viennent découvrir le Centre Val de Loire ?

Marie-Estelle Beaudoin, chargée du marketing au CRT (Comité régional du tourisme) en Centre Val de loire
Marie-Estelle Beaudoin, chargée du marketing au CRT (Comité régional du tourisme) en Centre Val de loire - Lydie Lahaix

Le 30 novembre 2000 la Loire était classée au patrimoine mondial de l'UNESCO. L'organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture, validait cette inscription en saluant "un paysage culturel exceptionnel le long de la Loire".

Ce classement concerne 280 kilomètres du fleuve royal, entre Sully-sur-Loire dans le Loiret et Chalonnes-sur-Loire près d'Angers dans le Maine-et-Loire. Un classement qui a changé beaucoup de choses pour la connaissance et la reconnaissance de la région Centre Val de Loire. 

1 Français sur 10 et 1 étranger sur 5 

Ce classement est un élément moteur reconnait Marie-Estelle Beaudoin, chargée du marketing au Comité régional du tourisme. L'UNESCO a ainsi reconnu toute l'Histoire de la région, les châteaux, le patrimoine architectural. Selon les enquêtes menées par le CRT ( comité régional du tourisme) 1 français sur 10 et 1 étranger sur 5 se dit "incité à venir en Centre Val de Loire" par ce classement mondial.

La Loire à vélo symbole du tourisme éco-responsable 

Et la crise sanitaire actuelle montre la nécessité de développer d'autres formes de tourisme reconnait Marie-Estelle Beaudoin, "avec la Loire nous sommes en plein dedans" dit-elle. 

Le CRT réfléchit à d'autres manières de visiter les châteaux, de découvrir la Loire et ses paysages. En attendant actuellement, de nombreux sites restent fermés. 

Parcs, jardins et châteaux fermés à cause de l'épidémie de covid, les vacances de Noël seront particulières cette année en termes de fréquentation touristique.

Mots clés: