Toutes les émissions

L'invité de France Bleu Orléans

Du lundi au vendredi à 7h50

"Au départ le projet SNCF n'était pas Orléans-Châteauneuf mais bien Orléans-Gien" - Martial Poncet
"Au départ le projet SNCF n'était pas Orléans-Châteauneuf mais bien Orléans-Gien" - Martial Poncet © Radio France - François Guéroult

Martial Poncet, secrétaire de l'Assoc° des amis du rail giennois : "Une ligne SNCF Orléans-Gien est indispensable"

Diffusion du vendredi 24 novembre 2017 Durée : 6min

Alors que l'enquête publique vient de se terminer pour la ligne SNCF Orléans-Châteauneuf, certains veulent d'ores et déjà rouvrir un autre dossier : la liaison ferroviaire entre Orléans et Gien. Martial Poncet, secrétaire de l'association des amis du rail giennois était l'invité de FB Orléans.

C'est bien connu un train peut en cacher un autre... De même, un projet de train peut en cacher un autre... Alors que l'enquête publique vient tout juste de se terminer pour la ligne SNCF Orléans-Châteauneuf, certains veulent d'ores et déjà rouvrir un autre dossier : la liaison ferroviaire entre Orléans et Gien. Il s'agirait en fait de prolonger la future ligne Orléans-Châteauneuf, mais aucune étude n'a encore été réalisée. C'est ce que réclame l'association des amis du rail giennois, qui organise ce soir une réunion publique à Gien (20h30, centre Anne de Beaujeu).

Invité ce matin de France Bleu Orléans, Martial Poncet, le secrétaire de l'association a rappelé qu'au départ, "le projet n'était pas une ligne SNCF Orléans-Châteauneuf mais bien une ligne Orléans-Gien. On a dissocié le projet, parce qu'on a pensé que ce serait plus rapide pour la population qui est plus importante dans ce secteur, mais je le regrette car à partir de là on a fait peser une incertitude sur le prolongement jusqu'à Gien." Au passage, Martial Poncet fustige l'avis négatif donné par les communes d'Orléans et de St Jean-de-Braye lors de l'enquête publique : "ça donne l'impression que la métropole joue contre les territoires ruraux".

L'association souhaite que la Région engage une étude de faisabilité pour la liaison jusqu'à Gien, le plus vite possible, "sinon on perdra 10 ans de plus". Cette étude coûterait 200 000 euros : "C'est peanuts par rapport à l'investissement prévu pour le téléphérique de Fleury", ironise Martial Poncet.