Toutes les émissions

L'invité de France Bleu Orléans

Du lundi au vendredi à 7h50

"J'ai soutenu Laurent Wauquiez, il a l'ardente obligation de rassembler" - Olivier Geffroy
"J'ai soutenu Laurent Wauquiez, il a l'ardente obligation de rassembler" - Olivier Geffroy © Radio France - François Guéroult

Olivier Geffroy, adjoint (LR) au maire d'Orléans, sur l'évolution du parti Les Républicains : "J'ai un peu d'inquiétude"

Diffusion du lundi 25 juin 2018 Durée : 6min

Au lendemain de la venue à Orléans de Valérie Pécresse, qui rassemblait les cadres de son mouvement Libres !, Olivier Geffroy (adjoint LR au maire d'Orléans) avoue avoir "un peu d'inquiétudes" sur la capacité de rassemblement de Laurent Wauquiez.

Dimanche dernier, Valérie Pécresse et les cadres de son mouvement Libres ! se sont réunis à Orléans. La présidente de la Région Ile-de-France est toujours adhérente au parti Les Républicains, mais elle prend de plus en plus ses distances avec Laurent Wauquiez, le président du parti, à qui elle reproche "un rétrécissement de la droite". Le parti LR est-il au bord de l'implosion ? "Je ne sais pas s'il est au bord de l'implosion, mais on a des débats internes", reconnaît Olivier Geffroy, figure orléanaise du parti LR (adjoint au maire d'Orléans et vice-président du conseil départemental du Loiret) : il était ce matin l'invité de France Bleu Orléans.

L'alternative ne passe en aucun cas par un rapprochement avec l'extrême-droite"

Olivier Geffroy rappelle qu'il a voté pour Laurent Wauquiez à l'automne dernier "parce qu'il était celui qui était en situation véritablement de devenir président du parti et qu'il lui fallait la plus forte légitimité possible ; mais la contrepartie de ce vote, c'était évidemment l'obligation ardente de rassembler et j'ai un petit peu d'inquiétude, c'est vrai, à la lecture de l'épisode Calmels _(ex numéro 2 du parti congédiée par Laurent Wauquiez). Je ne voudrais pas que nos discussions se terminent par des exclusions._" Olivier Geffroy se réjouit, néanmoins, du travail du mouvement de Valérie Pécresse, mais aussi celui de Force républicaine (l'ancien mouvement de François Fillon), qui "permettent de travailler sur le fond".

Autre épisode mal vécu par Olivier Geffroy : l'affaire du tract intitulé "Pour que la France reste la France", diffusé le mois dernier par le parti LR. "Ce tract m'a gêné parce que, sur la forme, il pouvait prêter à confusion et parce que, sur le fond, certaines propositions comme l'internement préventif des individus radicalisés, ne sont pas crédibles." Et de souligner que "l'alternative à Emmanuel Macron ne peut, en aucun cas, passer pour la droite par un rapprochement avec l'extrême-droite. Je ne participerai pas à ce genre de mouvement, et j'en tirerais toutes les conclusions si on prenait ce chemin-là."

Le positionnement d'Olivier Carré ne me pose pas du tout de problème"

L'une des échéances pour ce parti "en convalescence" sera bientôt les municipales de 2020. Olivier Carré, le maire d'Orléans, a quitté les LR et peaufine une image "macron-compatible", mais cela ne "pose pas du tout de problème" à Olivier Geffroy. "Les élections municipales, ce sont des enjeux locaux : savoir si on doit mettre une passerelle pour cyclistes à côté du pont George V n'a absolument rien à voir avec la manière dont on peut apprécier les flux migratoires ou le pouvoir d'achat ! On a une équipe qui fonctionne plutôt pas mal, qui a le sens de l'intérêt collectif, on s'entend très bien aujourd'hui, je ne comprendrais pas que ce ne soit plus le cas pour la suite."