Replay du jeudi 1 avril 2021

Reconfinement : "il va falloir un effort collectif", plaide Stéphanie Rist, députée LREM du Loiret

- Mis à jour le

Après l'annonce du reconfinement, Stéphanie Rist, la députée LREM du Loiret, invite sur France Bleu Orléans à "un effort collectif", espérant de "meilleurs jours à partir de mai".

Stéphanie Rist, députée La République en Marche du Loiret
Stéphanie Rist, députée La République en Marche du Loiret © Radio France - Marine Protais

"Il va falloir un effort collectif", estime ce jeudi matin sur France Bleu Orléans Stéphanie Rist. La députée La République en Marche, invitée après l'annonce d'un nouveau confinement par Emmanuel Macron, ajoute que "les variants ont changé la donne". Elle espère de "meillleurs jours à partir de mai", comme avancé par le président de la République. 

Il y a un an, nous étions tous confinés. Aujourd'hui, nous le sommes à nouveau. N'est ce pas un aveu d'échec? 

Je ne sais pas si c'est un aveu d'échec, mais je crois que les bilans se font après les crises et on n'est pas à la fin de la crise comme tout le monde s'en rend bien compte. Ce que je vois aussi, c'est que tous les pays dans le monde sont concernés, avec des évolutions semblables et parfois bien pires que notre pays. 

Il y a quelques jours encore, pourtant, la majorité excluait la fermeture des écoles, Jean-Michel Blanquer  ne voulait pas du tout en entendre parler.  

Je crois que c'est une fierté qu'on peut tous avoir parce qu'on est un pays qui a réussi à maintenir ses écoles ouvertes depuis le mois de septembre et qu'il fallait absolument tout faire pour essayer de maintenir ces écoles ouvertes. On essaye de façon équilibrée, modérée, avec cette fermeture qui correspond et qui coïncide avec des vacances scolaires, de faire le moins de dégâts possibles puisqu'on sait que quand des écoles sont fermées, il y a des dégâts collatéraux importants.

Le dernier recours, disait Emmanuel Macron. 

Les soignants sont sur le pont depuis un an. J'ai passé du temps à l'hôpital d'Orléans pour essayer de voir la situation et effectivement, on est actuellement dans une situation où il fallait prendre des mesures. L'arrivée des variants a changé la donne de l'épidémie. On est avec des variants qui sont très contagieux, qui touchent des personnes plus jeunes. Et oui on est dans un moment où il va falloir un effort collectif. 

Un effort collectif, les Français en sont-ils encore capables ? Se pose la question de l'acceptabilité des mesures, après un an de crise.

Vous avez raison, c'est un élément qui a fait que l'on a essayé de retarder au maximum ce moment difficile devant lequel nous sommes pour un mois et je crois beaucoup dans la responsabilité des Français. On l'a vu jusque là et il y a une lueur d'espoir qui a été proposée par le Président. On sait que si on fait cet effort de façon collective, on sait qu'en augmentant la vaccination et en baissant et en cassant cette courbe d'épidémie, on va pouvoir aller vers de meilleurs jours dès le mois de mai. 

Grâce à la vaccination, mais on apprend quand même ce matin, c'est une information France Bleu Orléans que le vaccinodrome d'Olivet n'ouvrira pas comme prévu la semaine prochaine, probablement le lundi suivant. 

Je n'avais pas cette information. En tout cas, comptez sur moi pour que s'il existe des doses dans notre département, elles soient toutes administrées dès la semaine prochaine. On va tout faire pour que ce centre d'Olivet puisse ouvrir, mais sinon il va falloir que les doses soient distribuées dans tous les cas.