Replay du lundi 23 novembre 2020

Thierry Prazuck, médecin, chef du service maladies infectieuses de l'hôpital d'Orléans

- Mis à jour le

Le nombre de malades du Covid 19 et le nombre de nouvelles contaminations baisse depuis plusieurs jours. Est-ce-que cela signifie que le pic de la deuxième vague est passé ? Quelle est la situation au CHR d'Orléans ? Et comment peut-on envisager la future campagne de vaccination ?

Thierry Prazuck, chef du service des maladies infectieuses au CHRO
Thierry Prazuck, chef du service des maladies infectieuses au CHRO © Radio France - Lydie Lahaix

Emmanuel Macron s'exprimera mardi soir sur la situation sanitaire, les règles du confinement, faut-il alléger le dispositif, pour qui, quand et comment ? En attendant l'épidémie du Covid 19 marque le pas. Depuis la semaine dernière, le nombre de nouveaux cas diminue en France (13.000 ce dimanche contre 18.000 la veille) et le nombre de décès (215) baisse également. Dans le même temps près de 31400 malades du coronavirus sont hospitalisés dont 4500 qui sont en réanimation. 

Le pic a été franchi 

Au CHR d'Orléans, le pic de la 2ème vague a été observé il y a quinze jours reconnait l'infectiologue Thierry Prazuck. "Depuis deux semaines, les chiffres baissent et nous allons reprendre une activité beaucoup plus normale à partir du milieu de cette semaine".

Effets positifs du confinement

"Il y a encore pas mal de patients en réanimation même s'il reste encore quelques places heureusement pour des personnes souffrant d'autres maladies. Dans les services de médecine, nous avons la moitié du nombre de patients que nous avions il y a quinze jours, donc l'effet du confinement nous le sentons véritablement aujourd'hui" explique Thierry Prazuck. 

Vacciner en priorité les personnes fragiles

Concernant le futur vaccin contre le coronavirus qui ne sera pas disponible en France avant plusieurs mois, le médecin-infectiologue orléanais estime qu'il faudra commencer par vacciner en priorité les personnes âgées et fragiles, avant même le personnel soignant.

Mots clés: