Émissions Toutes les émissions

Du lundi au vendredi à 8h10

L'Invité de France Bleu Pays Basque : Rob Linde, ex-2e ligne de l'Aviron Bayonnais Rugby Pro

L'ancien 2e ligne sud-africain de l'Aviron Bayonnais Rob Linde, en noir au 2e plan, lors d'un match de Super 12 entre les Stormers et les Blues

"Mercenaire" de Sacha Wolff, présenté à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes, raconte le parcours d'un jeune Wallisien, confronté à toutes les compromissions pour gagner sa place dans le rugby professionnel en métropole, un monde impitoyable. Une histoire proche de la réalité. Témoignage

L'Invité de France Bleu Pays Basque : Rob Linde, ex-2e ligne de l'Aviron Bayonnais Rugby Pro

Rob Linde ressort ému, secoué de la projection privée de "Mercenaire". Le grand gaillard (2,05 mètres) a été invité à débattre vendredi 9 septembre au soir à l'issue de la projection en avant-première du film au cinéma l'Atalante à Bayonne (21h). L'ancien 2e ligne de l'Aviron Bayonnais s'est reconnu dans le parcours semé d'embûche du jeune Soane. Déracinement, préjugés, pressions, dopage. Tout y est. Morceaux choisis

Ne pas être français : un handicap

FBPB : C'est une histoire très particulière, ce n'est pas la votre, mais est-ce que vous vous y retrouvez un peu ? dans le déracinement, dans l'obligation de s'adapter quand vous êtes arrivé en France ?

Oui, c'est vraiment un film très bien fait, j'y vois plein de choses que j'ai vécu quand je suis arrivé en France : être seul, être handicapé par la langue, être handicapé par ce que je n'avais pas ma famille.

Le héro est confronté au regard des autres, aux clichés, sur sa culture, sur lui et parfois au rejet. Vous avez été confronté à cela ? C'est difficile de s'intégrer ou ça se fait facilement ?

Non, non. C'est pas facile. Je comprends tout à fait. Quand tu arrives, les gens te regardent parce que t'es pas français, tu parles pas français. Pour être accepté, il faut montrer que tu as l'envie, dans le rugby il faut montrer que tu vas te battre pour ton collègue, si tu arrives à faire ça, si tu as un esprit ouvert, c'est plus facile pour te faire accepter des Français. Après voilà, vous c'est toujours d'un côté les étrangers, de l'autre les Français, c'est toujours compliqué. Même si on est accepté, t'as toujours le sentiment que tu ne l'es pas tout à fait à 100%.

"La pression tous les jours pour être performant"

Le rugby c'est spectaculaire, c'est vu comme une fête par les gens, y a aussi l'envers du décor : ces difficultés, parfois cette dureté, cette noirceur ?

Oui. Tu as toujours la pression, le rugby passe avant tout, comme c'est montré dans le film, surtout quand tu es dans un pays que tu ne connais pas, le rugby est très important. C'était dur.

On vous sent ému

Oui, oui, oui. Tu sais le rugby c'est génial. Après si, comme dans le film et comme moi je l'ai fais, le mec il veut passer pro, tu dois te battre tout le temps pour avoir un contrat, parce que tu sais pas si dans 2 ans c'est fini, tu peux être blessé, tu ne connais pas l'avenir. Ça c'est très compliqué. Je ne crois pas que tout le monde comprenne la pression qu'on a quand on est professionnel. La vie de rugbyman professionnel c'est de 20 ans à 34-35 ans et tu as encore ta vie à passer après. Du coup tu as la pression tous les jours pour être performant.

"Le dopage j'ai vu cela aussi, ça fait partie des joueurs"

On voit que le personnage est prêt à tout pour réussir. On sait que dans le sport de haut niveau, il y a de le concurrence, du dopage, on se voit proposer (comme dans le film où le personnage se voit prescrire par le médecin du club des "bonbons magiques" pour prendre de la masse musculaire) des choses ? Vous avez été confronté à cela ?

Oui, oui. Oui. Ça me touche profondément parce que je suis passé par là aussi. Quand j'avais 18 ans, pour passer pro, on m'a dit t'es bon mais t'es trop maigre, il faut avoir du poids. Ca passe toujours devant le rugby. Le poids, la vitesse,  ils te mettent toujours la pression, ils te disent prend cela, ne prend pas cela. Oui, oui, le dopage j'ai vu cela aussi, ça fait parti des joueurs. Quand je vois le film, c'est comme cela que je l'ai vécu aussi. Ils mettent la pression pour être performant, ils s'en "foutent" de ta vie privée, c'est que le rugby ! C'est compliqué le rugby quand même. C'est pas toujours facile pour un joueur de gérer tout cela, la pression. C'est pour cela que tu as des gens qui craquent et qui font n'importe quoi.

Interview réalisée par Thibault Vincent

Partager sur :