Émissions Toutes les émissions

Invité de France Bleu Vaucluse Matin

Du lundi au vendredi à 7h50

5min

Christèle Marchand, professeur de sciences politiques à l'Université d'Avignon

Par le jeudi 10 novembre 2016
Podcasts : iTunes RSS
Christèle Marchand
Christèle Marchand © Radio France - Aurélie Lagain

La victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle américaine a surpris Christèle Marchand, professeur de sciences politiques à l'Université d'Avignon :

Personne ne l'a vu venir, car tous les commentaires allaient dans l'autre sens, et donnaient Hillary Clinton victorieuse. Cela a été une surprise pour le monde entier.

D'autant plus que Donald Trump reste une figure tout à fait détonante dans le monde politique américain. Il correspond sans aucun doute aux attentes d'un électorat qui a du mal à se positionner, à se reconnaître, dans les partis traditionnels américains, estime Christèle Marchand, même s'il joue avec son image :

Donald Trump s'est auto-labellisé "anti-système", il s'est clairement positionné contre l'élite politique. Or, il appartient à l'élite, une élite financière bien loin des Américains victimes de la crise.

La victoire de Donald Trump peut-elle changer la façon de faire de la politique en Amérique, mais aussi en Europe - et en France ? Sans doute, mais pas tout de suite, affirme Christèle Marchand :

Les élections présidentielles vont arriver très vite en France, et elles se joueront entre les partis traditionnels. Les électrons libres n'auront pas le temps d'émerger. Mais le ton politique va changer, c'est sûr.

Certains observateurs (et certains hommes politiques) voient dans la victoire de Trump une aubaine pour le Front National en France, qui pourrait profiter d'un "élan". Pour Christèle Marchand, il est impossible de lier les deux phénomènes :

Les raisons de progression du FN sont propres à la France et ne peuvent pas être comparées ou liées à ce qui se passe aux Etats-Unis. Il n'y a pas d'homologie entre Marine Le Pen et Donald Trump. La patronne du FN s'appuie sur une idéologie détaillée, alors que Donald Trump est un pragmatique.

En tout cas, ce qu'il ressort de l'élection américaine, c'est aussi la fausse route des instituts de sondages, qui ont donné Hillary Clinton victorieuse durant toute la campagne. Il faut se poser des questions, assure Christèle Marchand :

Cela fait longtemps que les chercheurs en sciences politiques attirent l'attention sur le fait que les sondages ne permettent pas de prévoir les résultats des élections. Les instituts questionnent toujours les mêmes personnes, et reçoivent toujours les mêmes réponses. Ils ne peuvent pas prendre en compte les mouvements profonds de l'opinion publique.

Donald Trump a été élu mercredi président des Etats-Unis, il prendra ses fonctions le 20 janvier. Il sera reçu jeudi à la Maison Blanche par l'actuel président, Barack Obama.