Émissions Toutes les émissions

L'invité de France Bleu Vaucluse matin

5min

Benjamin Marrou, secrétaire local de l'UFAP-UNSA

Par le mardi 13 septembre 2016
Podcasts : iTunes RSS
A la prison du Pontet, les agents se sentent démunis face aux détenus radicalisés
A la prison du Pontet, les agents se sentent démunis face aux détenus radicalisés © Maxppp - .

Après la mutinerie de lundi, dans la prison de Vivonne, et après l'agression de deux surveillants par un détenu radicalisé le 4 septembre à Osny, le malaise est palpable dans les prisons françaises.

"L'état d'urgence s'arrête à la porte de la prison, estime Benjamin Marrou, surveillant au centre pénitentiaire du Pontet et secrétaire local du syndicat UFAP-UNSA. A l'intérieur, nous manquons de moyens et de personnels. Une prison, ça dort... jusqu'au jour où ça explose. Et ça ne prévient pas".

Il faut former les agents au renseignement

Face aux détenus radicalisés, les surveillants manquent de formation. "Il faut former les agents au renseigement notamment, pour gérer les détenus radicalisés et ceux qui sont en voie de radicalisation. L'UFAP est contre les unités dédiées, qui ont été montées rapidement et qui sont faites de bric et de broc. Il faut des établissements spéciaux, plus petits, avec des agents spécialement formés."

"Aujourd'hui, regrette Benjamin Marrou, nous sommes plus dans l'amateurisme que dans le professionnalisme. Ce n'est pas possible! les agents sont très inquiets, ils ont l'impression d'être des laissés-pour-compte."

Dimanche, le Premier Ministre Manuel Valls a annoncé la création de 10.000 places supplémentaires d'ici dix ans, pour un budget de trois milliards d'euros. "Une bonne chose, assure Benjamin Marrou. Tout ce qui peut permettre de désengorger les prisons va dans le bon sens."

Le Ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas a lui promis d'apporter des réponses concrètes aux agents de la pénitentiaire d'ici le mois d'octobre.