Émissions Toutes les émissions

L'invité de France Bleu Vaucluse matin

5min

Samir Allel, président de la FCPE de Vaucluse

Par le lundi 12 septembre 2016
Podcasts : iTunes RSS
Samir Allel est le nouveau président de la FCPE de Vaucluse
Samir Allel est le nouveau président de la FCPE de Vaucluse © Radio France - Aurélie Lagain

En cette période de rentrée scolaire, Samir Allel est sur tous les fronts. Le nouveau président de la FCPE (Fédération des Conseils de Parents d'Elèves) estime que cette rentrée 2016 s'est plutôt bien passée, malgré quelques cas isolés, comme ces huit lycéens qui n'ont pas retrouvé leur établissement après avoir raté leur bac en juin. Mais globalement, la rentrée s'est faite sans heurt pour les 100.000 élèves vauclusiens.

La sécurité dans les établissements ? "Une nécessité, estime Samir Allel. Nous devons changer nos habitudes face au risque attentat, c'est indispensable. Je peux comprendre les parents qui regrettent de ne plus pouvoir accompagner leurs enfants jusque dans les classes, en maternelle notamment... Mais il faut s'adapter, au nom du principe de réalité".

La réforme des collèges ? "Elle va dans le bon sens, juge le président de la FCPE 84. L'ouverture aux langues, au latin, au grec... Moi je dis banco ! Cela va sans doute favoriser l'accès au savoir pour tous. Quand à l'autonomie grandissante des établissements, c'est une bonne chose car la communauté éducative est très impliquée."

Il faut supprimer la carte scolaire (Samir Allel)

Les rythmes scolaires ? "Il faut attendre encore un peu avant de faire un bilan complet, assure Samir Allel. Mais à première vue, c'est une bonne chose... à conditions que les activités périscolaires restent gratuites. Mais toutes les collectivités ne jouent pas le jeu, c'est dommage. Investir dans l'école, c'est investir dans l'avenir."

La carte scolaire ? "Elle ne garantit plus la mixité sociale dans les établissements - les collèges notamment, regrette le président de la FCPE 84. Il faut la supprimer, et mélanger vraiment les enfants. Mettre en place des bus, qui conduiront les enfants de certains quartiers (où les établissements sont pleins) dans des écoles du centre-ville, par exemple, où il y a de la place."