L'invité de l'actu

Du lundi au vendredi à 7h46

Catherine Chapalain (à gauche) lors des négociations annuelles de 2018 à Bercy en février 2018
Catherine Chapalain (à gauche) lors des négociations annuelles de 2018 à Bercy en février 2018 © Maxppp - Vincent Isore

Les négociations annuelles sont en cours dans la grande distribution

Diffusion du lundi 4 novembre 2019 Durée : 5min

Les négociations annuelles ont repris dans la grande distribution. C'est à ce moment que les prix de l'agro-alimentaire sont fixés, et pour diminuer les tensions, la loi Egalim votée l'an dernier devait mieux les réguler.

Catherine Chapalain, directrice générale de l'Association nationale des industries alimentaires qui représente 60 000 emplois en Bretagne, admet que les négociations 2019 ont été "difficiles, décevantes... Le compte n'y est pas, il y a encore eu malheureusement de la déflation. On est dans un cercle vicieux de guerre des prix qui n'est positif pour personne. Le cercle vertueux que veut porter la loi c'est une contractualisation pour intégrer les couts de production, c'est aussi d'arrêter la guerre des prix sur les produit et d'encadrer les promotions."

Des sanctions si nécessaire

Catherine Chapalain espère que cette année, les négociations se déroulent de manière plus avantageuse pour les fournisseurs. "Ce qu'on demande nous, c'est très simple, ce sont des négociations loyales et équilibrées, pour pouvoir proposer une meilleures rémunérations aux producteurs."

Si besoin, il ne faut pas hésiter à recourir aux sanctions prévues par la loi, estime la directrice générale de l'ANIA. "Une loi n'a de sens que si elle est appliquée. Il y a eu beaucoup de contournement ces dernières années, cette fois on sent une volonté politique très forte, c'est-à-dire de passer par des contrôles et des sanctions."