Toutes les émissions

L'invité de l'actu

Du lundi au vendredi à 7H45.

Des emplois sont aussi à pourvoir à la criée
Des emplois sont aussi à pourvoir à la criée © Radio France - Sylvie Duchesne

Semaine de l'emploi maritime, le secteur peine à recruter malgré des salaires intéressants

Diffusion du mardi 12 mars 2019 Durée : 3min

C'est la semaine de l'emploi maritime jusqu'à samedi...  Des actions dans la France entière, alors que Pole emploi prévoit le doublement des emplois d'ici 2030, avec un éventail conséquent : Chaudronnier, stratifieur, ingénieur industriel, conducteur de grue, agent de transit maritime, mécanicien-réparateur de bateaux de plaisance, écailler, aquaculteur… 

Le secteur peine à recruter déplore Jean Paul Solaro, président de la SEM Lorient Keroman (société d'économie mixte qui gère et exploite les installations halieutiques et de réparations navales sur Keroman, l'un des ports de la rade de Lorient), malgré des salaires attractifs : "Les salaires sont au-dessus de la moyenne de ce qui se fait dans le bassin d'emploi. Le secteur inquiète un peu à cause des conditions de travail, mais quand les gens ont accroché à ce milieu très intime, avec des relations humaines, ils n'en décrochent pas."

Sur le port de Lorient Keroman tous les ans, "une cinquantaine de postes est à pourvoir", secteurs de la pêche, des produits de la mer, réparation navale...  "Nous cherchons en permanence des électromécaniciens, frigoristes, techniciens de maintenance, caristes, conducteurs de ligne, opérateurs pour faire tourner la criée."

Le secteur offre des formations. Un électricien à la ville peut-il devenir électricien maritime ? "Oui", répond sans hésiter Jean-Paul Solaro, "c'est absolument la même chose. L'adaptation se fait assez facilement au fil du temps. Si vous êtes mécanicien, soudeur, vous apprendrez sur le tas ce qui manque. C'est la même chose pour les gens qui ont des formations de frigoriste, électromécanicien, commercial. Les employeurs sont habitués à préparer les personnes au milieu maritime."