Émissions Toutes les émissions

L'invité de l'actu

Du lundi au vendredi à 7H45.

4min

Pierre Karleskind, vice-président du conseil régional de Bretagne

Par le mardi 31 janvier 2017
Podcasts : iTunes RSS
Pierre Karleskind
Pierre Karleskind - Brest.fr

Le salon Euromaritime ouvre à Paris. Notre invité fait l'état des lieux des ports bretons et défend aussi Emmanuel Macron, son candidat pour la Présidentielle. "Tous derrière Emmanuel Macron," lance-t-il.

Les ports viennent de publier leurs résultats. Et le vice-président de la région en charge de la mer et des infrastructures portuaires le concède : "c'est un petit peu difficile et c'est plutôt en baisse par rapport à l'année dernière".

Plusieurs centaines d'emploi sur le port de Brest

Mais il se veut positif, il relève "quelques signes de reprise puisque sur les matériaux de constructions par exemple on voit une augmentation nette sur le port de Lorient." Une augmentation directement liée à "la relance de la construction" dans le secteur de l'immobilier. "C'est un bon signe pour l'économie bretonne en général et un bon signe pour les ports qui voit leur trafic augmenter sur ces secteurs là."

Un important chantier vient de commencer sur le polder de Brest qui va être dédié aux énergies marines renouvelables. C'est déjà "l'opportunité pour la région de produire de l'électricité chez nous" souligne l'élu. "En terme de créations d'emplois ce sont plusieurs usines qui vont être installées pour construire des éoliennes flottantes ou des hydroliennes. Plusieurs centaines d'emplois vont arriver sur le polder d'ici quelques années."

"Tous derrière Macron !"

Le conseiller régional a aussi la casquette de référent du mouvement "En Marche" pour le Finistère. Mais il l'assure : "je ne mélange pas tout, je fais attention à cela". "On a été élu à la région avec une majorité sur la base d'un programme et il faut qu'on le mette en oeuvre. Donc, je n'ai pas vraiment envie de rentrer dans les querelles politiques nationales. Je reste sage et je ne fais pas de prosélytisme."

"Tout le monde sait que je soutien Macron. Je reste socialiste et je reste convaincu que la convergence doit se faire pour permettre d'être au deuxième tour et ne pas laisser un deuxième tour Fillon/Le Pen. Cette convergence, il faut être réaliste, elle se fait derrière Macron. On appartient à la même famille. On a vocation à se retrouver. Tous derrière Emmanuel Macron !"