Toutes les émissions

L'invité de l'actu

Du lundi au vendredi à 7H45.

Manon Kernoa accompagnée de sa mère et de sa grand-mère lors de leur venue dans le studio de France Bleu breizh Izel en novembre 2016.
Manon Kernoa accompagnée de sa mère et de sa grand-mère lors de leur venue dans le studio de France Bleu breizh Izel en novembre 2016. © Radio France - Antoine Barège

L'invitée de l'actu : Manon Kernoa, fille d'agriculteur

Diffusion du mercredi 31 janvier 2018 Durée : 5min

L'invitée de la rédaction ce mercredi était Manon Kernoa. Cette jeune fille de Landudec avait écrit il y a plus d'un an une lettre émouvante sur Facebook en hommage à son père agriculteur. Elle apparait dans un documentaire ce soir sur France 5.

"Les champs de la colère", c'est le titre du documentaire diffusé ce soir à 20h55 sur France 5.  Il revient sur la détresse du monde agricole, à travers la vision des femmes agricultrices ou femmes d'agriculteurs. Un film dans lequel on voit aussi Manon Kernoa, cette jeune fille de Landudec qui il y a un an interpellait le Ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, en direct sur France Bleu Breizh Izel.

Depuis, il y a beaucoup de paroles qui se sont libérées, notamment auprès des enfants d’agriculteurs, on en parle plus, ça c’est une bonne chose. Mais sinon pour les conditions de travail, il n’y a pas beaucoup de choses qui ont changé. 

Comment ont réagi ses parents à la suite de cette lettre ? "Au début, je n’osais pas leur en parler, _j’avais comme un sentiment de honte_. On n’en parlait pas du tout, du tout dans la famille. Ils ont été assez surpris et ils étaient assez fiers de moi aussi."

Le rôle des femmes qui ont crée notamment les Foulards noirs en Normandie est mis en avant dans le documentaire de ce soir sur France 5. Selon Manon « _ce film est criant de vérité_, c’est exactement ce qui se passe en réalité. Ces filles, elles ont super bien réagi, elles aident leurs maris, c’est incroyable ce qu’elles font. C’est très très important de les voir. »

Je ne sais plus trop quoi penser, on fait toujours des manifestations et au final ça ne change pas grand-chose. Donc je me demande ce qu’il faut qu’on fasse pour que ça change.

Néanmoins, Manon « _reste optimiste car il y a toujours des gens qui se battent_, qui défendent les autres. »