Toutes les émissions

L'invité de l'actu

Du lundi au vendredi à 7H45.

Olivier Cuzon au cours d'une manifestation
Olivier Cuzon au cours d'une manifestation © Maxppp - Eugène Le Droff

Olivier Cuzon, responsable du syndicat Sud Education dans le Finistère

Diffusion du jeudi 1 février 2018 Durée : 4min

Plusieurs syndicats appellent les enseignants, parents et élèves à manifester aujourd'hui, pour dénoncer la réforme du bac et le nouveau site Parcoursup. Le rendez-vous est prévu à midi, à Brest.

Parcoursup est fonctionnel depuis quelques jours et il suscite déjà de mauvais commentaires. Le site a remplacé le décrié APB  et les changements sont nombreux : dix vœux possibles au lieu de 24, plus de hiérarchie, nécessité de validation par le conseil de classe. Pour Olivier Cuzon, responsable de Sud Education dans le Finistère, le problème n'a pas été réglé. "Ce qui fait défaut, ce sont les places dans l'université" souligne  le syndicaliste, en s'appuyant sur les chiffres du baby-boom. Les formations proposées aux lycéens seront certainement parfois très éloignées des premiers souhaits car "les vœux ne peuvent plus être hiérarchisés, c'est une perte". 

Les facultés doivent aussi préciser les attendus pour chacune de leurs formations. "On craint que les élèves s'autocensurent", explique Olivier Cuzon.   Quant aux enseignants, notamment les professeurs principaux, ils seront débordés. "Ils vont devoir se prononcer sur chacun des dix voeux de chaque élève. Dans une classe de 35, ils devront donner leur avis sur 350 vœux. C'est une usine à gaz !" Et pour le syndicaliste de Sud éducation, "les enseignants n'ont pas à entraver les choix post-bac".   

Selon Olivier Cuzon, "il faut réformer le bac, mais pour des bonnes raisons". Alors quand on lui parle de la suppression des filières et l'apparition de disciplines majeures, il est sceptique. L'augmentation du contrôle continu ? "Nous avons peur qu'apparaisse un diplôme maison, qui aura valeur de l'établissement. Nous craignons aussi la disparition des séries technologiques et la dégradation du diplôme."   Sud éducation et de nombreux autres syndicats comme la FSU, l'UNL, la CGT ou la fédération de parents d'élèves FCPE, appellent à se rassembler, ce midi, à Brest. "C'est une première étape, on espère populariser nos critiques et revendications" conclut Olivier Cuzon.