Replay du mardi 15 septembre 2020

L'invité du jour : Daniel Autret, président des chasseurs du Finistère

- Mis à jour le

La chasse ouvre dimanche 20 septembre partout en Bretagne. Cette année, la ressource est particulièrement importante mais le nombre de chasseurs continue de diminuer explique le président de la Fédération de la chasse dans le Finistère.

Daniel Autret, le président de la fédération de la chasse du Finistère
Daniel Autret, le président de la fédération de la chasse du Finistère © Radio France - France Bleu Breizh Izel

Davantage de ressources (hors lapins de Garenne) mais moins de chasseurs, c'est la difficile équation que doivent résoudre les chasseurs du Finistère. Ils sont 45 000 en Bretagne à attendre l'ouverture de la saison dimanche 20 septembre.

Le gibier dans le Finistère se porte bien, en raison des bonnes conditions météo au printemps dernier, "sauf le lapin de garenne", précise Daniel Autret. Pas inquiet non plus sur la population de sangliers, animaux qui ravagent les culture dans certaines régions : "paradoxalement, le Finistère est le département français où on prélève le moins de sanglier". 1 500 animaux tués l'an dernier dans le département sur les 800 000 prélevés dans l'hexagone.

Le problème principal est la baisse continue des adhérents. "On en perd 200 par an. Les jeunes ne sont pas forcément attirés. On a de plus en plus de candidats au permis, mais cela ne suffit pas à compenser les départs à la retraite".

Sur le chasse-bashing, le phénomène est réel mais moins présent que dans d'autres régions : "On nous reproche de tuer du gibier, de manger de la viande. Finalement, on mange de la viande comme la plupart des citoyens".